Accéder au contenu principal

Sur la vague de la «chick lit»



Sur la vague de la «chick lit» Dessin d'Isabelle Clément




ROMANS • La littérature pour nanas, ou chick lit, fait toujours parler d’elle. Mais qui sont ces filles qui écrivent pour cette nouvelle bibliothèque rose? Rencontre.


Alors que le célèbre magazine «The Bookseller» annonce une baisse de près de 10% des ventes d’ouvrages de chick lit outre-Manche en 2011 (mais oui! souvenez-vous, ces livres pour filles qu’on lit en cachette de peur d’être prises pour des quiches), les ventes en France, elles, restent stables.
Lorsque l’on demande à Anne Schapiro-Niel, directrice des relations extérieures chez Marabout-Hachette, si la tendance de la chick lit est éphémère, elle répond que le segment remporte un franc succès, notamment à travers la collection Girls in the City (Marabout). C’est d’ailleurs sûrement pour le succès de ce type de livres que la maison JC Lattès vient de lancer en février dernier La petite collection Lattès, une collection qui vise avant tout les femmes.

«Girly, léger, distrayant»

Si le succès de cette littérature est plus que jamais rediscuté aujourd’hui, nous avons demandé à des romancières ce qui leur plaît dans l’écriture de ce genre catalogué «femmes» et ce qu’elles pensent du terme chick lit.
«Je trouve ce terme amusant, c’est un style littéraire nouveau qui s’adresse aux femmes qui ont envie de lire un livre divertissant. C’est un plaisir que l’on qualifie mon livre ainsi, ça veut dire qu’il fait rire, qu’il est girly, léger et distrayant», explique Cléo Buchheim, auteure du livre «Inès Charleston: Chronique d’une fille branchée», paru aux Editions Les Blogueuses. Par contre, pour Anna Stark, auteure du roman «Parle-moi d’amour… Tu me fais rêver» (Rebelle Editions, mai 2012), cette catégorisation dérange: «Même si je trouve le terme amusant, le fait d’être classée dans un genre littéraire plutôt qu’un autre me dérange. Peut-être est-ce le fait d’être ainsi compartimentée.»
Mais qu’est-ce qui plaît tant dans ces livres? Y a-t-il une recette magique? Selon Cléo Buchheim et Anna Stark, le succès de ce genre littéraire s’explique par le ton humoristique utilisé, les romances ancrées dans le réel qui y sont dépeintes, et surtout, le fait que ce soit des histoires de jeunes femmes attachantes auxquelles toute la gent féminine peut s’identifier. Anna s’est justement inspirée de son expérience personnelle pour écrire son premier roman: «Sacha, mon héroïne, est une jeune femme qui n’hésite pas à s’inscrire sur des sites de rencontres pour trouver le prince charmant.

Une formule magique?

Ce livre, c’est mon histoire mais elle pourrait être celle de n’importe qui, et c’est justement ce qui plaît aux lecteurs. Pouvoir s’identifier à Sacha, se reconnaître dans ses rencontres. Enfin, je ne le leur souhaite pas quand même car il leur faudrait un moral d’acier», rigole la romancière de 29 ans. Et, selon la maison d’édition Marabout, quels sont les ingrédients d’un bon livre de chick lit?«Le ton, le sujet et la facilité de lecture», conclut Anne Schapiro-Niel. I

> Cléo Buchheim, «Inès Charleston: Chronique d’une fille branchée», Editions Les Blogueuses, 2010.
> Anna Stark, «Parle-moi d’amour… Tu me fais rêver», Rebelle Editions, 2012.






Cet article est paru dans la Liberté le vendredi 4 mai 2012 .Je l'ai rédigé sous mon vrai nom et il a été illustré par Isabelle Clément, une dessinatrice que j'adore!

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Bilan 2018 : merci et vive 2019 !

Avant de vous faire mon petit bilan de l’année écoulée, je profite de ce billet pour vous souhaiter une merveilleuse année 2019 ! Et vous dire que, grâce à vous, ces douze mois écoulés de 2018 ont été magnifiques. Vous m’avez fait vivre des moments juste inoubliables ! En y pensant, j’ai encore des étoiles dans les yeux alors merci mille fois à vous de me suivre et de me lire.





Après 2017, je ne pensais pas revivre une année aussi riche et belle au niveau des publications et bien, je me trompais, 2018 a été encore plus rempli (ça rime avec youpi) !


Les trois premiers mois de l’année, j’ai travaillé comme une folle sur les corrections éditoriales de « Bons baisers de Californie », de « Bye bye Paris » et de « You & I ». Les trois sorties se sont suivies de près et j’ai donc mis les bouchées double pour rendre les textes à temps (comme je commençais également un nouveau job, j’avais la tête dans le guidon) !  Au niveau des publications, il y a donc eu « Bons baisers de Californie » en m…

Deuxième chance, pourquoi pas!

COUPLE • Faut-il laisser une seconde chance aux mecs qui se sont joués de vous?
Quatre étudiantes répondent à cette grande question. Les avis sont partagés. Ont-ils droit à une deuxième chance, ces hommes qui vous ont fait souffrir? Oui, non, les avis divergent. Héraclite, philosophe de l’Antiquité, disait déjà au VIe siècle avant J.-C.: «On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve.» Pourtant, les filles interrogées ne sont pas toutes du même avis. «Je suis une grande adepte de la seconde chance», avoue Cyrielle, étudiante en communication. A 17 ans, la jeune fille flirte allègrement avec un étudiant de sa classe avant d’apprendre que son amoureux est casé depuis plusieurs années. «Pendant deux ans, il a essayé de revenir périodiquement», relate Cyrielle. Lorsque j’ai eu 19 ans, je lui ai donné une seconde chance et je suis allée boire un verre avec lui.» Malheureusement, le jeune homme continuait son petit jeu et fréquentait d’autres étudiantes. «J’ai beau me dire que je ne…

L’ordi de la discorde!

Mon ordinateur est l’objet de toutes les discordes familiales depuis près de 4 ans maintenant. Acheté sur les conseils de ma mère (oui, je sais, fatale erreur pensez-vous), je l’utilise depuis mon entrée à l’université. Tout d’abord, c’est le clavier qui ne marche pas. Retour à la fabrique pour examen. Trois semaines plus tard, je récupère mon bien. Toute heureuse de pouvoir enfin me mettre à rédiger sur mon nouveau joujou, je constate avec désolation que la batterie est HS. Au bord de la crise de nerf, je vois mon ordinateur chéri, baptisé Gérard,repartir lâchement loin de moi. Une fois les petites tracasseries du début passées (le début d’une histoire d’amour est toujours difficile), je commence à m’attacher à mon petit outil technologique - que je surnomme Gégé désormais- lorsque celui-ci commence à faire un bruit d’enfer. Oui, comme les avions qui décollent de Paris CDG. Je commence à me résigner et à penser à le remplacer… en plein dans ma réflexion (comment pourrais-je le laisse…