Accéder au contenu principal

Sur la vague de la «chick lit»



Sur la vague de la «chick lit» Dessin d'Isabelle Clément




ROMANS • La littérature pour nanas, ou chick lit, fait toujours parler d’elle. Mais qui sont ces filles qui écrivent pour cette nouvelle bibliothèque rose? Rencontre.


Alors que le célèbre magazine «The Bookseller» annonce une baisse de près de 10% des ventes d’ouvrages de chick lit outre-Manche en 2011 (mais oui! souvenez-vous, ces livres pour filles qu’on lit en cachette de peur d’être prises pour des quiches), les ventes en France, elles, restent stables.
Lorsque l’on demande à Anne Schapiro-Niel, directrice des relations extérieures chez Marabout-Hachette, si la tendance de la chick lit est éphémère, elle répond que le segment remporte un franc succès, notamment à travers la collection Girls in the City (Marabout). C’est d’ailleurs sûrement pour le succès de ce type de livres que la maison JC Lattès vient de lancer en février dernier La petite collection Lattès, une collection qui vise avant tout les femmes.

«Girly, léger, distrayant»

Si le succès de cette littérature est plus que jamais rediscuté aujourd’hui, nous avons demandé à des romancières ce qui leur plaît dans l’écriture de ce genre catalogué «femmes» et ce qu’elles pensent du terme chick lit.
«Je trouve ce terme amusant, c’est un style littéraire nouveau qui s’adresse aux femmes qui ont envie de lire un livre divertissant. C’est un plaisir que l’on qualifie mon livre ainsi, ça veut dire qu’il fait rire, qu’il est girly, léger et distrayant», explique Cléo Buchheim, auteure du livre «Inès Charleston: Chronique d’une fille branchée», paru aux Editions Les Blogueuses. Par contre, pour Anna Stark, auteure du roman «Parle-moi d’amour… Tu me fais rêver» (Rebelle Editions, mai 2012), cette catégorisation dérange: «Même si je trouve le terme amusant, le fait d’être classée dans un genre littéraire plutôt qu’un autre me dérange. Peut-être est-ce le fait d’être ainsi compartimentée.»
Mais qu’est-ce qui plaît tant dans ces livres? Y a-t-il une recette magique? Selon Cléo Buchheim et Anna Stark, le succès de ce genre littéraire s’explique par le ton humoristique utilisé, les romances ancrées dans le réel qui y sont dépeintes, et surtout, le fait que ce soit des histoires de jeunes femmes attachantes auxquelles toute la gent féminine peut s’identifier. Anna s’est justement inspirée de son expérience personnelle pour écrire son premier roman: «Sacha, mon héroïne, est une jeune femme qui n’hésite pas à s’inscrire sur des sites de rencontres pour trouver le prince charmant.

Une formule magique?

Ce livre, c’est mon histoire mais elle pourrait être celle de n’importe qui, et c’est justement ce qui plaît aux lecteurs. Pouvoir s’identifier à Sacha, se reconnaître dans ses rencontres. Enfin, je ne le leur souhaite pas quand même car il leur faudrait un moral d’acier», rigole la romancière de 29 ans. Et, selon la maison d’édition Marabout, quels sont les ingrédients d’un bon livre de chick lit?«Le ton, le sujet et la facilité de lecture», conclut Anne Schapiro-Niel. I

> Cléo Buchheim, «Inès Charleston: Chronique d’une fille branchée», Editions Les Blogueuses, 2010.
> Anna Stark, «Parle-moi d’amour… Tu me fais rêver», Rebelle Editions, 2012.






Cet article est paru dans la Liberté le vendredi 4 mai 2012 .Je l'ai rédigé sous mon vrai nom et il a été illustré par Isabelle Clément, une dessinatrice que j'adore!

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Voici venu le temps du bilan 2017 !

Non, je ne suis pas morte contrairement à ce que pourrait laisser croire la date de mon dernier billet ! Je suis vraiment navrée d’avoir tant tardé à revenir sur le blog pour donner des nouvelles (comment ça vous n’attendiez pas mon retour avec impatience en dévorant des tonnes de cookies?). Et pourtant, il s’en est passé des belles choses en 2017...


Comme vous pourrez le constater, je n’ai pas arrêté d’écrire et j’ai travaillé dur pour poursuivre ce si beau - et difficile - chemin de l’édition. Par où commencer ? L’année 2017 est de loin la plus belle et la plus chargée que j’ai connue au niveau de l’édition. Récapitulons les beaux événements que j’ai eu la chance de vivre (peut-être que de les voir notés noir sur blanc m’aidera à réaliser la chance incroyable que j’ai eu) :
1) J’ai signé avec Milady/Bragelonne pour mon 4ème roman Mon cœur au bout d’un fil en 2016 pour une parution en mai 2017. Impossible de décrire la joie intense que j’ai ressenti. En effet, ce texte compte énormément…

"Le boom du livre érotique", Interview avec Christy Saubesty

Au début du mois d'octobre, j'ai contacté l'auteur Chrisyt Saubesty pour lui poser quelques questions autour du livre érotique pour mon article de presse (article que je posterai bientôt sur le blog). Voici l'intégralité de l'interview. Bonne lecture!

Cali : Qu’est-ce qui vous plaît dans l'écriture d'un récit érotique ?
Christy : Pour moi, écrire de l'érotisme, par scènes ou par chapitres entiers, dans le registre contemporain ou fantastique est un moyen de sortir des sentiers battus, des limites imposées par la société et de s'évader au-delà des tabous, de laisser de côté cette pudeur existentielle dans laquelle nous avons tous grandi. En tant que lectrice, j'ai ce même besoin d'évasion, cette même attente.
Cali : Comment expliquez-vous l’engouement actuel pour ce genre ? Qu'est-ce qui plaît ? Pourquoi tous les éditeurs lancent-ils des collections érotiques en ce moment ?
Christy : La littérature érotique ne date pas d'hier. Si le …

Le parcours du combattant de la fille célibataire

Passé vingt-cinq ans, nous les filles, on passe parfois des moments difficiles. Oui, nos grandes copines depuis quinze ans sont toutes… casées ! Horreur et damnation. Cet énoncé semble à première vue, inoffensif mais il cache des moments extrêmement humiliants. A chaque fois qu’on ose proposer une sortie, la grande copine dit invariablement : « attends, je dois regarder avec Jules si ça lui va/ s’il est d’accord/si ça ne l’embête pas. Suite à cette réponse, on a qu’une seule envie, demander si elle va toujours aux toilettes toute seule ou si elle demande à Jules l’autorisation. Mais si la dite copine vient quand même, elle passera la soirée à écrire à son chéri pour le rassurer, pour lui dire qu’elle ne boit pas trop, qu’il n’y a pas d’homme à moins de huit mètres et que la boite de nuit fermera avant deux heures du matin (ou plutôt qu’elle rentrera tôt en invoquant la fatigue, le manque de sommeil, son chat qui n’a pas mangé ou son Jules qui ne peut pas dormir si elle n’est pas à se…