Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du mars, 2011

Le tournage d'une émission TV, la blague!

Chouette, aujourd’hui je suis à Paris, haut lieu de la culture télévisuelle. Ce soir, je me prévois une activité culte. Non, ce n’est pas un théâtre, pas non plus un opéra et encore moins un concert. Non, moi je vais assister au tournage d’une émission télé. Ça va être génial ! Je vais voir un animateur connu, des chroniqueurs reconnus et surtout : je vais passer à la télé. Et, en plus, je vais m’amuser comme une petite folle. Mais, arrivée sur le lieu de l’enregistrement, proche des Champs-Elysées, je déchante. Après une file de trois quarts d’heure, la confiscation de mon sac et de ma veste (brrr, en plus il fait froid), on nous distribue des petites bouteilles d’eau en précisant « qu’il ne faut absolument pas boire pendant que les caméras tournent ». Quelques minutes plus tard, nous rions à gorge déployée (oui, on nous a dit de le faire). Le rôle de pantin se poursuit durant près de quatre heures ! Rire, applaudir, se lever, s’assoir, huer, crier, sourire… qu’est-ce qu’on dit ? Je …

Fashion faux pas

Toutes les filles aiment être à la mode et je ne déroge pas à la règle. Mais en ce mardi, le ciel a décidé de déverser toute l’eau emmagasinée dans ses petits nuages. Le problème ? Ma tenue du jour n’est pas compatible avec la pluie. Je ne suis pas chez moi et je porte un joli top kaki, un collier de perles, un jeans et des ballerines argentées. Mais il fait froid. Très froid et je n’ai malheureusement qu’un petit gilet et une paire de chaussettes blanches avec des petits points de toutes les couleurs. Préférant ne pas mourir de froid à mon envie d’être fashion, je finis par mettre les chaussettes à pois (bien voyantes avec les ballerines, je précise). Lorsque je le regrette ? Au moment où une amie, plus âgée, me demande innocemment : « les chaussettes blanches avec les ballerines, c’est la dernière mode ? Parce que tout le reste, j’adore ». A votre avis, j’aurais dû dire oui ? Moi, j’hésite encore…
Miam, j'ai une de ces envies de gâteaux! Ils ne sont pas terribles ceux-là? Moi, je craque pour ces douceurs géorgiennes (ou, oui, vous avez bien lu) au lait concentré et à la confiture de lait!

La sémiotique, késako?

J’ai un travail important à rédiger. Le sujet? La sémiotique de l’image (la sémio quoi ?). J’en parle à mon entourage et ô miracle, un ami aurait un livre prodige qui m’aiderait à réaliser des analyses d’un contenu formidable. J’attends avec impatience cet ouvrage magique mais décide tout de même d’aller faire un tour à la librairie. J’écume tous les rayons de sociologie, de linguistique et des beaux-arts et finis par demander de l’aide au vendeur qui me dégotte finalement un livre. Je l’achète et une fois chez moi, le feuillette avec avidité. Mais, je me rends rapidement compte, à mon grand désespoir, que le contenu demeure plus qu’obscur. Après tout, ce n’est pas grave, cet ami ne m’a pas encore transmis le livre qui va me sauver. Dimanche passé, j’obtiens le fameux sésame. Le hic? C’est le même livre que j’ai acheté quelques jours auparavant. Il ne me reste plus qu’à aller m’acheter un cerveau.

Les blondes

Il y a quelques semaines, une nouvelle lubie m’a traversé l’esprit. Je veux devenir blonde. Ce n’est pas que mon éternel châtain clair ne me corresponde plus, c’est juste que cette couleur commence à me taper sur le système. Direction grande surface et rayon teinture où je passe 5 minutes (comment ça, cela ne se fait pas à la légère ?) à examiner les divers produits disponibles. Mon choix se porte finalement  sur un shampoing décolorant, la seule solution pour éclaircir les cheveux. Une fois chez moi, j’applique la mixture plus que visqueuse et patiente les quinze minutes nécessaires à la décoloration. Une fois les cheveux lavés et séchés, horreur! Non seulement ma couleur a viré au jaune poussin mais en plus, je ressemble à un panda : une face noir et l’autre moitié jaune clair voire blanc. C’est la panique car il est samedi 19h et lundi matin j’ai un rendez-vous capital. Après un marathon du dimanche, je trouve une pharmacie ouverte. Ok, ma nouvelle couleur n’est pas top (elle tire …

Le salon de l’auto (dérision ?)

Le mois de mars est bien connu pour le passage à l’heure d’été, les premiers rayons de soleil et le salon de l’auto ! Et bien, cette année, j’y postule afin de tenter l’expérience « d’hôtesse ». Mes copines me préviennent : « ce sera dur, tu verras ». Ok, ok, je dis le sourire aux lèvres, toujours positive et bien naïve. Le premier jour, nous sommes toutes convoquées à 6h30 tapantes, maquillées et coiffées. Onze heures plus tard, je ne sens plus mes pieds (dois-je préciser que nous sommes évidemment en haut-talons et que ça fait très mal ?). Le lendemain, j’ai les lèvres séchées par le rouge à lèvre que nous devons porter et je dois faire des retouches de vernis à ongle tous les matins dans le train (wow la superficialité)… Là, je commence à me dire que mes copines avaient raison. Mais quelques jours plus tard, lorsque les clients m’insultent (des gentillesses allant de « vas chier » à « you are stupid, f*** you »), j’hésite entre les larmes et le fou-rire. Finalement, j’ai choisi d’e…

Quiproquo franco-suisse

Lors d’un séjour en France, en plein été, nous rencontrons des autochtones bien sympathiques. L’eau de mer est délicieusement tiède (ce qui est rare dans la région de Narbonne), les heures filent… et il est déjà temps de se préparer pour se rendre au village d’à côté afin de souper sur une terrasse ensoleillée. En chemin, nous parcourons des routes charmantes en voiture et profitons de discuter des différences entre Français et Suisses avec nos compagnons de séjours. Tout y passe, linge de bain, panosse ou encore galetas et nous rions de nos différences (essayez le fameux  « passer la panosse dans le galetas », c’est génial). Jusqu’à ce fameux croisement de route où la conversation ressemblait à peu de chose près à ceci : Vous avez aussi des carrefours en Suisse ? lance Aurélien (un gendarme rencontré dans le coin) ? Et mon amie de répondre du tac au tac : Ben, évidemment qu’on a des ronds-points ! Et là, un grand silence envahit la voiture au moment où l’on passe devant l’immense pan…

Enfermée comme une souris!

Après une soirée légèrement arrosée, je rentre chez moi plutôt tardivement. Etant donné les quelques gouttes d’alcool ingurgitées, j’héberge une copine qui a décidé de laisser sa voiture au garage. Le seul problème ? Le lendemain matin (très tôt) celle-ci a un rendez-vous important. Et moi, je compte dormir un peu. Je lui propose donc de prendre ma clé et de ma la rendre plus tard dans la matinée. Le matin, je me lève et regarde l’heure. Légèrement stressée, je me rends compte que ma copine n’est toujours pas passée me rendre mes clés et que ma coloc est aux cours ! Et moi, j’en ai des cours justement. Et plutôt importants. Je cherche la troisième clé (vous savez celle qui est censée RESTER dans le petit bol de l’entrée) mais sans succès. Horreur, je suis bien enfermée dans mon propre appartement! C’est angoissant cette sensation sans compter que je suis limite claustrophobe! Après quelques heures d’angoisse, tout se termine bien et ma copine vient me libérer de ma prison dorée. Le se…

Vive MSN !

Un de ces soirs, me voilà peinarde chez moi. J’en profite pour me connecter à MSN et, en passant, allume ma télé (ben oui, il y a Taxi 2 ce soir là). L’ordinateur sur les genoux, je tente vainement de suivre le film tout en entretenant plusieurs discussions sur internet. Mais soudainement, j’ai faim. Je délaisse mon ordi et mon film pour me mettre quelque chose sur le feu. Jusque là, je maitrise. D’ailleurs, des études scientifiques le prouvent, les femmes sont capables d’effectuer plusieurs tâches en même temps. Mais l’étude qui a déterminé ce fait (des plus véridiques en temps normal), a dû être effectuée AVANT l’invention de MSN! Un peu plus tard, mon film est terminé (ah bon, je n’ai même pas vu la fin) et mes courgettes sont complètement cramées ! Ah, elle est belle  l’ère des nouvelles technologies... 


Article publié dans le journal La Liberté (Fribourg, Suisse)

Du bol !

L’autre soir, je me rendais au restaurant avec mon père, sa copine et mon frère. Arrivés à bon port, nous garons la voiture juste à côté de  notre petite brasserie habituelle. Mon père a décidé de nous inviter donc je laisse mon sac sur la banquette arrière. Trois heures et demi plus tard, le ventre repu et rempli d’un bon steak-frites et d’une part de tarte au citron, nous décidons de rentrer gentiment à la maison. En arrivant à la voiture, les portes sont ouvertes (comprenez « pas fermées à clé ») ! « Oh, j’ai oublié de fermer la voiture », répond la copine de mon père. Et mon sac ? Et mon porte-monnaie ? Et mon natel ??? Je stresse et frôle la crise de nerfs. Dans mon sac, il y a ma vie ! Et bien en évidence sur le siège arrière. Après inspection approfondie, je m’aperçois que rien ne manque. Ouf, je respire. Mais force est de constater qu’on vit dans un monde fort honnête. Ou alors, j’ai un bol  de cocu. Oh zut alors…

Article publié dans le journal La Liberté (Fribourg, Suisse)

Sortie du livre "Célibataire... mais je me soigne" au printemps prochain!

Retrouvez ma première nouvelle dans le livre "Célibataire... mais je me soigne" édité chez Pgcom Editions!
Un livre girly, drôle et amusant qui vous fera passer un agréable moment (à lire en dégustant un bon cocktail ou un paquet de bonbons, miam)!
https://www.facebook.com/photo.php?fbid=1299970035466&set=a.1072756235263.8903.1716892886&theater