Accéder au contenu principal

Extrait Tequila Sunrise à Hawaï


Pour vous faire plaisir parce que c'est bientôt Noël et que j'ai une âme de Mère Noël (hihih rire de Mère Noël), voici un petit extrait de l'épisode Tequila Sunrise à Hawaï!

Résumé : 

Pourquoi ai-je toujours le chic pour me fourrer dans des situations impossibles ? Surtout en amour. Il faut dire que céder au charme de mon patron n’était peut-être pas la chose la plus maligne à faire. Surtout quand ledit patron vous jette comme un poisson pourri après une liaison torride.
Heureusement, le magazine My Life m’envoie à Hawaï pour réaliser un reportage sur le Spring Break avec Tania, ma collègue au tempérament bien trempé. Et je compte bien prendre du recul en sirotant des cocktails face à l’océan. Miam !
Je ne vous ai pas dit ? J’ai reçu une lettre mystérieuse juste avant mon départ me conviant à un rendez-vous sur la plage de Kahaluu. Dans trois jours, je saurai qui est derrière tout ça. Mais trois jours, c’est long ! Surtout que mon patron débarque sur l’île et qu’il recommence son petit jeu de séduction…

Extrait: 

Oh, mon Dieu, oh, mon Dieu, oh mon Dieu. En me réveillant le lendemain, je me redresse violemment dans le lit. Mais, qu’est-ce que j’ai fait ? Je dois avoir une tête de chouette ayant reçu une décharge électrique. Ébouriffée, le maquillage dessinant des ronds noirs autour des yeux. Oh, non, je suis un panda pervers et déluré. Je jette un regard horrifié à côté de moi pour vérifier si ce que je crois être vrai est… vrai ! Ma robe gît sur le sol, ma culotte traîne au pied du lit et un mal de crâne me vrille le cerveau. Heureusement, la place de l’autre côté du lit est vide. Les souvenirs affluent dans mon petit cerveau. Moi, nue. Mickaël, nu. Nous deux, nus. En train de faire des trucs interdits aux moins de 18 ans. Ce n’est pas possible. Je n’ai pas pu faire ça ?

C’est dans un état proche de l’apathie aggravée que je me rends au buffet du petit-déjeuner après avoir pris une douche rapide. Je me sens comme une larve. Pire, comme une merde. Sans compter que je suis incapable de réfléchir à ce qui s’est passé cette nuit. J’aperçois Tania en train de mâchouiller une salade de fruits sur la terrasse et Raphaël sirotant un jus de fruits à l’autre bout de la pièce. Je me sers un grand café au lait et file rejoindre ma collègue, persuadée que mon boss ne tarderait pas à apparaître auprès de Raph. J’ai tenté de dissimuler ma tête de troll aviné par une couche de fond de teint et du mascara waterproof, mais je ne suis pas sûre d’être parvenue à cacher ma cuite et ma partie de jambes en l’air.

— Salut, je lui lance avec un petit sourire.

— Oh là là, tu as une de ces têtes !

Merci collègue, ai-je envie de lui rétorquer. Je préfère encore ma tête d’écureuil à ta tronche de frustrée. Moi, au moins, j’ai pris mon pied hier. Je n’ai évidemment pas dit ça. Je m’assieds en poussant un soupir et me prends la tête entre les mains.

— Ça s’est bien passé ton enquête hier soir ? me demande-t-elle.

— Disons que j’ai particulièrement bien réussi mon intégration, j’ai adopté le style de vie d’un spring breaker…

— Raconte !

— J’ai interviewé le barman et j’ai bu des « Tequila Sunrise ». Mais, j’ai fait une connerie.

Je la regarde piteusement. À ce moment-là, Mickaël apparaît sur la terrasse, portant un plateau de petit-déjeuner rempli de viennoiseries et d’œufs au bacon. En passant devant moi, il me jette un regard froid. Glacial. Un regard qui pourrait recongeler la banquise du Pôle Nord en deux secondes. Tania n’en a pas perdu une miette. Elle me lance d’un air dédaigneux :

— Ne me dis pas que tu as remis ça ?

Je gémis. Elle poursuit.

— Tu m’avais juré que tu ne recommencerais plus, que ce voyage était l’occasion de passer définitivement à autre chose ! Emma, tu fais vraiment n’importe quoi !

Je savais pertinemment que ça ne devait pas recommencer. J’avais déjà laissé suffisamment de plumes dans cette histoire désastreuse. Mais je n’arrive pas à lui résister, c’est plus fort que moi. Puis, ce n’est pas entièrement de ma faute, cela s’appelle de la chimie. Parfaitement, un truc d’hormones et de phéromones. Le seul petit problème, c’est qu’après nos ébats, je me sens comme une loque. Je suis incapable d’avaler quoi que ce soit, ma gueule de bois me vrille le crâne, tous les sons sont décuplés et les odeurs d’œufs brouillés et de bacon grillé me provoquent des haut-le-cœur. Du coup, je bois des litres d’eau. Je me force tout de même à grignoter un bout de pastèque, sans grande conviction.

Un quart d’heure plus tard, alors que j’hésite à vomir dans la salade de fruits de Tania ou dans mon sac à main pour plus de discrétion, j’aperçois Mickaël et Raphaël qui s’approchent de notre table à pas rapides. Les battements de mon cœur s’accélèrent. Mon pouls s’affole. Mes mains deviennent moites. Mickaël s’arrête à notre hauteur, je regarde le sol. Oh une fourmi ! Je me concentre sur l’insecte pour éviter à tout prix de croiser le regard de mon boss. D’ailleurs, elle s’approche dangereusement de sa chaussure, elle s’apprête à lui grimper dessus. J’ai envie de la prévenir, de lui dire de fuir, de faire demi-tour avant qu’il ne soit trop tard et qu’elle ne se fasse piétiner par ses mocassins taille 43 en daim noir.

— Réunion dans dix minutes dans la salle Waikiki, lance Mickaël d’une voix grave qui me donne la chair de poule.


Vous voulez lire la suite? C'est par ici: Episode Tequila Sunrise à Hawaï

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Voici venu le temps du bilan 2017 !

Non, je ne suis pas morte contrairement à ce que pourrait laisser croire la date de mon dernier billet ! Je suis vraiment navrée d’avoir tant tardé à revenir sur le blog pour donner des nouvelles (comment ça vous n’attendiez pas mon retour avec impatience en dévorant des tonnes de cookies?). Et pourtant, il s’en est passé des belles choses en 2017...


Comme vous pourrez le constater, je n’ai pas arrêté d’écrire et j’ai travaillé dur pour poursuivre ce si beau - et difficile - chemin de l’édition. Par où commencer ? L’année 2017 est de loin la plus belle et la plus chargée que j’ai connue au niveau de l’édition. Récapitulons les beaux événements que j’ai eu la chance de vivre (peut-être que de les voir notés noir sur blanc m’aidera à réaliser la chance incroyable que j’ai eu) :
1) J’ai signé avec Milady/Bragelonne pour mon 4ème roman Mon cœur au bout d’un fil en 2016 pour une parution en mai 2017. Impossible de décrire la joie intense que j’ai ressenti. En effet, ce texte compte énormément…

"Le boom du livre érotique", Interview avec Christy Saubesty

Au début du mois d'octobre, j'ai contacté l'auteur Chrisyt Saubesty pour lui poser quelques questions autour du livre érotique pour mon article de presse (article que je posterai bientôt sur le blog). Voici l'intégralité de l'interview. Bonne lecture!

Cali : Qu’est-ce qui vous plaît dans l'écriture d'un récit érotique ?
Christy : Pour moi, écrire de l'érotisme, par scènes ou par chapitres entiers, dans le registre contemporain ou fantastique est un moyen de sortir des sentiers battus, des limites imposées par la société et de s'évader au-delà des tabous, de laisser de côté cette pudeur existentielle dans laquelle nous avons tous grandi. En tant que lectrice, j'ai ce même besoin d'évasion, cette même attente.
Cali : Comment expliquez-vous l’engouement actuel pour ce genre ? Qu'est-ce qui plaît ? Pourquoi tous les éditeurs lancent-ils des collections érotiques en ce moment ?
Christy : La littérature érotique ne date pas d'hier. Si le …

Le parcours du combattant de la fille célibataire

Passé vingt-cinq ans, nous les filles, on passe parfois des moments difficiles. Oui, nos grandes copines depuis quinze ans sont toutes… casées ! Horreur et damnation. Cet énoncé semble à première vue, inoffensif mais il cache des moments extrêmement humiliants. A chaque fois qu’on ose proposer une sortie, la grande copine dit invariablement : « attends, je dois regarder avec Jules si ça lui va/ s’il est d’accord/si ça ne l’embête pas. Suite à cette réponse, on a qu’une seule envie, demander si elle va toujours aux toilettes toute seule ou si elle demande à Jules l’autorisation. Mais si la dite copine vient quand même, elle passera la soirée à écrire à son chéri pour le rassurer, pour lui dire qu’elle ne boit pas trop, qu’il n’y a pas d’homme à moins de huit mètres et que la boite de nuit fermera avant deux heures du matin (ou plutôt qu’elle rentrera tôt en invoquant la fatigue, le manque de sommeil, son chat qui n’a pas mangé ou son Jules qui ne peut pas dormir si elle n’est pas à se…