Accéder au contenu principal

Le crowfunding, un bon plan?

Vous avez le talent, ils ont l’argent


ÉCRITURE • Pour se faire éditer, des auteurs recourent au crowdfunding:ils cherchent auprès des internautes le moyen de financer leur création. Un bon plan?
Né dans les années 2000, le crowdfunding s’étend dorénavant à tous les domaines culturels. Derrière cet anglicisme difficile à prononcer se cache une idée novatrice, celle de faire participer les internautes au financement d’une œuvre ou, plus particulièrement pour ce qui nous intéresse ici, d’un livre.
Le premier site à s’être lancé dans l’édition participative en France a été le géant My Major Company Books, déjà très actif et ancré dans le milieu musical (souvenez-vous du chanteur Grégoire), suivi par M@n créé par l’éditeur Léo Scheer et l’ancien PDG de TF1 Patrick Le Lay, puis Bookly Editions lancé en 2012 et soutenu par le groupe Prisma Media.
Cette nouvelle manière d’être financé fait-elle émerger de nouveaux talents et permet-elle d’éviter l’écueil sévère des comités de lecture? «Les maisons d’édition traditionnelles sont incapables de lire tous les manuscrits qui leur sont envoyés, la très grande majorité est refusée sous le prétexte facile qu’ils ne rentrent pas dans la ligne éditoriale», explique Alexandre Billaud, cofondateur de bookly.fr. Sur ce site, les lecteurs décident sur quels projets miser sans que le livre ne passe par un comité. «Tout le monde part à égalité», poursuit Alexandre.

Chef-d’œuvre ou buzz?

Du côté des jeunes écrivains, l’avis sur ce type de financement est plutôt mitigé. «Si les lecteurs sont là pour investir, c’est qu’ils ont apprécié l’ouvrage. Donc, quand l’auteur amasse assez de fonds pour publier son travail, il sait qu’il a de grandes chances de se vendre, la communauté est derrière lui», affirme Tiffany Schneuwly, jeune auteure fribourgeoise.
Pour Krystel Jacob, auteure jeunesse qui vient de publier L’Equation amoureuse à trois inconnues, l’avis est moins favorable. Même si elle reconnaît l’intérêt des sites d’édition participative, elle émet une réserve: «La littérature demande un effort de jugement plus conséquent que pour la musique. J’ai peur que les internautes ne le fassent pas et que cela demande à l’auteur de faire un gros buzz pour réussir à financer son projet.»
Aëla Liper, écrivaine de 27 ans, a tenté de faire éditer son livre Enquêtes, coup de cœur et chocolat via les sites My Major Company Books et Octopousse. Malheureusement, elle n’est pas encore parvenue à réunir la somme nécessaire à la publication de son ouvrage: «J’ai voulu tenter ce type d’édition mais très peu de livres sont publiés par année, j’ai donc renoncé et me suis tournée vers les maisonstraditionnelles.»

A la recherche du talent

Mais l’édition participative possède tout de même de sérieux atouts pour les écrivains en herbe: «Le site n’est pas qu’une simple vitrine, c’est une vraie communauté qui se mobilise autour d’auteurs et de potentiels best-sellers. Nous souhaitons vraiment dénicher des talents sans parti pris», affirme Alexandre Billaud.
Le débat se creuse donc pour savoir si cette formule juge l’œuvre par la qualité de son contenu ou si les internautes répondent uniquement à l’appel du buzz. Laisser les internautes décider? Tiffany, qui a déjà publié Le requiem d’un soupir par l’intermédiaire d’une maison d’édition, ne s’oppose pas à cette manière de faire: «Pourquoi ne pas essayer un jour? Je pourrais être tentée!»I


Et vous, que pensez-vous de cette manière d'être édité?



Cet article est paru dans la Liberté le vendredi 22 juin 2012 .Je l'ai rédigé sous mon vrai nom et il a été illustré par Isabelle Clément, une dessinatrice que j'adore!

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Voici venu le temps du bilan 2017 !

Non, je ne suis pas morte contrairement à ce que pourrait laisser croire la date de mon dernier billet ! Je suis vraiment navrée d’avoir tant tardé à revenir sur le blog pour donner des nouvelles (comment ça vous n’attendiez pas mon retour avec impatience en dévorant des tonnes de cookies?). Et pourtant, il s’en est passé des belles choses en 2017...


Comme vous pourrez le constater, je n’ai pas arrêté d’écrire et j’ai travaillé dur pour poursuivre ce si beau - et difficile - chemin de l’édition. Par où commencer ? L’année 2017 est de loin la plus belle et la plus chargée que j’ai connue au niveau de l’édition. Récapitulons les beaux événements que j’ai eu la chance de vivre (peut-être que de les voir notés noir sur blanc m’aidera à réaliser la chance incroyable que j’ai eu) :
1) J’ai signé avec Milady/Bragelonne pour mon 4ème roman Mon cœur au bout d’un fil en 2016 pour une parution en mai 2017. Impossible de décrire la joie intense que j’ai ressenti. En effet, ce texte compte énormément…

"Le boom du livre érotique", Interview avec Christy Saubesty

Au début du mois d'octobre, j'ai contacté l'auteur Chrisyt Saubesty pour lui poser quelques questions autour du livre érotique pour mon article de presse (article que je posterai bientôt sur le blog). Voici l'intégralité de l'interview. Bonne lecture!

Cali : Qu’est-ce qui vous plaît dans l'écriture d'un récit érotique ?
Christy : Pour moi, écrire de l'érotisme, par scènes ou par chapitres entiers, dans le registre contemporain ou fantastique est un moyen de sortir des sentiers battus, des limites imposées par la société et de s'évader au-delà des tabous, de laisser de côté cette pudeur existentielle dans laquelle nous avons tous grandi. En tant que lectrice, j'ai ce même besoin d'évasion, cette même attente.
Cali : Comment expliquez-vous l’engouement actuel pour ce genre ? Qu'est-ce qui plaît ? Pourquoi tous les éditeurs lancent-ils des collections érotiques en ce moment ?
Christy : La littérature érotique ne date pas d'hier. Si le …

Le parcours du combattant de la fille célibataire

Passé vingt-cinq ans, nous les filles, on passe parfois des moments difficiles. Oui, nos grandes copines depuis quinze ans sont toutes… casées ! Horreur et damnation. Cet énoncé semble à première vue, inoffensif mais il cache des moments extrêmement humiliants. A chaque fois qu’on ose proposer une sortie, la grande copine dit invariablement : « attends, je dois regarder avec Jules si ça lui va/ s’il est d’accord/si ça ne l’embête pas. Suite à cette réponse, on a qu’une seule envie, demander si elle va toujours aux toilettes toute seule ou si elle demande à Jules l’autorisation. Mais si la dite copine vient quand même, elle passera la soirée à écrire à son chéri pour le rassurer, pour lui dire qu’elle ne boit pas trop, qu’il n’y a pas d’homme à moins de huit mètres et que la boite de nuit fermera avant deux heures du matin (ou plutôt qu’elle rentrera tôt en invoquant la fatigue, le manque de sommeil, son chat qui n’a pas mangé ou son Jules qui ne peut pas dormir si elle n’est pas à se…