Accéder au contenu principal

Voici venu le temps du bilan 2017 !

Non, je ne suis pas morte contrairement à ce que pourrait laisser croire la date de mon dernier billet !
Je suis vraiment navrée d’avoir tant tardé à revenir sur le blog pour donner des nouvelles (comment ça vous n’attendiez pas mon retour avec impatience en dévorant des tonnes de cookies?). Et pourtant, il s’en est passé des belles choses en 2017...



Comme vous pourrez le constater, je n’ai pas arrêté d’écrire et j’ai travaillé dur pour poursuivre ce si beau - et difficile - chemin de l’édition.
Par où commencer ? L’année 2017 est de loin la plus belle et la plus chargée que j’ai connue au niveau de l’édition. Récapitulons les beaux événements que j’ai eu la chance de vivre (peut-être que de les voir notés noir sur blanc m’aidera à réaliser la chance incroyable que j’ai eu) :

1) J’ai signé avec Milady/Bragelonne pour mon 4ème roman Mon cœur au bout d’un fil en 2016 pour une parution en mai 2017. Impossible de décrire la joie intense que j’ai ressenti. En effet, ce texte compte énormément pour moi et je souhaitais de tout mon cœur lui trouver une belle maison d’édition pour l’accompagner au mieux. Pour tous les fans de romance, comme c’est mon cas, Milady représente juste un rêve que je croyais inatteignable. Je peux vous dire que, même si j’ai eu le roman entre les mains depuis, je n’ai toujours pas réalisé la chance que j’ai d’avoir intégré une aussi belle équipe (Stéphane, Isa, Fanny... je ne peux pas vous dire à quel point ils sont tous exceptionnels).


2) Les droits de mes deux romans parus chez Numeriklivres, « Amour, copines et cocktails » et « Le guide gourmand de Julia Fontaine », ont été achetés par Ada, une grande maison d’édition québécoise. Les deux romans ont été édités en mai 2017 de l’autre côté de l’Atlantique (oui, oui là où on mange de la poutine et des fèves au lard). Là encore, un rêve se concrétisait pour moi... je m’étais fixée l’objectif d’investir le marché québécois depuis un voyage coup de cœur à Montréal en 2014 tant j’avais aimé les Québécois et leur bonne humeur !





3) Mon 7ème roman, « L’amour à pleines dents », a gagné le Prix de la meilleure romance 2017 ! Il a été publié en juin 2017 aux Editions Diva Romance by Charleston. Il s’agit du dernier manuscrit que j’ai terminé, le point final ayant été posé en août 2016. Les résultats sont tombés le 14 février et la publication papier a suivi quelques mois plus tard. Jamais je n’ai vécu de processus éditorial aussi rapide (et en grande impatiente que je suis, j’ai adorééé. Pouvoir avoir les retours des lecteurs aussi rapidement a été un vrai bonheur) !



Avec toutes ces publications, j’ai eu l’honneur de participer au salon du livre de Genève en avril et au festival du roman féminin en mai à Paris puis de revenir dans la ville Lumières à l’occasion de la remise du Prix de la meilleure romance en juin (j’ai même eu droit à un diadème de princesse et à une écharpe... mais ça, c’est une autre histoire). J’ai eu l’occasion de rencontrer des lectrices, blogueuses, éditrices et organisatrices extraordinaires. J’ai eu l’impression de recevoir une dose d’amour magnifique et incroyable ! 

Comme vous pouvez le constater, cela fait quatre publications étalées sur à peine deux mois. Quand je regarde derrière moi, je me dis que je n’aurais jamais osé imaginer que tant de belles choses m’arrivent. C’est juste incroyable pour moi, petite scribouillarde qui aime tant écrire de jolies histoires. Le rêve continue... et je peux vous dire que je ne suis pas près de m’arrêter...

J’en profite pour remercier les lectrices, lecteurs, blogueuses qui m’écrivent des mots plein de douceur (vous réchauffez mon âme et me donnez le sourire). Merci aussi aux éditeurs qui me font confiance (vous devez être un peu fou vous aussi).




Tout ça, c’est un rêve. Et je ne veux pas me réveiller... 

Je vous souhaite une merveilleuse année 2018 ! Je me réjouis de vous retrouver bien vite avec de nouvelles histoires <3 



Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Bilan 2018 : merci et vive 2019 !

Avant de vous faire mon petit bilan de l’année écoulée, je profite de ce billet pour vous souhaiter une merveilleuse année 2019 ! Et vous dire que, grâce à vous, ces douze mois écoulés de 2018 ont été magnifiques. Vous m’avez fait vivre des moments juste inoubliables ! En y pensant, j’ai encore des étoiles dans les yeux alors merci mille fois à vous de me suivre et de me lire.





Après 2017, je ne pensais pas revivre une année aussi riche et belle au niveau des publications et bien, je me trompais, 2018 a été encore plus rempli (ça rime avec youpi) !


Les trois premiers mois de l’année, j’ai travaillé comme une folle sur les corrections éditoriales de « Bons baisers de Californie », de « Bye bye Paris » et de « You & I ». Les trois sorties se sont suivies de près et j’ai donc mis les bouchées double pour rendre les textes à temps (comme je commençais également un nouveau job, j’avais la tête dans le guidon) !  Au niveau des publications, il y a donc eu « Bons baisers de Californie » en m…

Deuxième chance, pourquoi pas!

COUPLE • Faut-il laisser une seconde chance aux mecs qui se sont joués de vous?
Quatre étudiantes répondent à cette grande question. Les avis sont partagés. Ont-ils droit à une deuxième chance, ces hommes qui vous ont fait souffrir? Oui, non, les avis divergent. Héraclite, philosophe de l’Antiquité, disait déjà au VIe siècle avant J.-C.: «On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve.» Pourtant, les filles interrogées ne sont pas toutes du même avis. «Je suis une grande adepte de la seconde chance», avoue Cyrielle, étudiante en communication. A 17 ans, la jeune fille flirte allègrement avec un étudiant de sa classe avant d’apprendre que son amoureux est casé depuis plusieurs années. «Pendant deux ans, il a essayé de revenir périodiquement», relate Cyrielle. Lorsque j’ai eu 19 ans, je lui ai donné une seconde chance et je suis allée boire un verre avec lui.» Malheureusement, le jeune homme continuait son petit jeu et fréquentait d’autres étudiantes. «J’ai beau me dire que je ne…

L’ordi de la discorde!

Mon ordinateur est l’objet de toutes les discordes familiales depuis près de 4 ans maintenant. Acheté sur les conseils de ma mère (oui, je sais, fatale erreur pensez-vous), je l’utilise depuis mon entrée à l’université. Tout d’abord, c’est le clavier qui ne marche pas. Retour à la fabrique pour examen. Trois semaines plus tard, je récupère mon bien. Toute heureuse de pouvoir enfin me mettre à rédiger sur mon nouveau joujou, je constate avec désolation que la batterie est HS. Au bord de la crise de nerf, je vois mon ordinateur chéri, baptisé Gérard,repartir lâchement loin de moi. Une fois les petites tracasseries du début passées (le début d’une histoire d’amour est toujours difficile), je commence à m’attacher à mon petit outil technologique - que je surnomme Gégé désormais- lorsque celui-ci commence à faire un bruit d’enfer. Oui, comme les avions qui décollent de Paris CDG. Je commence à me résigner et à penser à le remplacer… en plein dans ma réflexion (comment pourrais-je le laisse…