Accéder au contenu principal

Bilan NaNo 2014



Coucou les passionnés, j’espère que vous allez bien, que vous vous amusez à décorer votre sapin de Noël et que vous avez dégusté avec bonheur le chocolat contenu dans la 1ère case de votre calendrier de l’avent !

De mon côté, j’ai joué parfaitement le rôle de l’ours polaire pendant le mois de novembre avec une présence diminuée sur les réseaux sociaux. Pourquoi ? Parce que je participais pour la troisième fois au NaNoWriMo soit au mois national d’écriture de roman, une aventure un peu folle, mais qui a le bénéfice de me forcer à écrire et donc qui me permet d’augmenter ma productivité pendant 30 jours.

Malheureusement, je n’ai pas atteint les 50k, soit les 50'000 mots exigés par le challenge à cause d’une grosse crève qui m’a empêchée de dormir et donc d’écrire. Certes, j’aurais pu m’accrocher quand même, mais je pense que j’aurais vu débarquer E.T, des aliens, des vampires, des poneys acrobates et des sombrals dans mon roman et ce n’était pas le but. Donc, j’ai fait une pause de quelques jours. Mais quand on prend du retard, on est démotivée (et cette fichue barre sur le site internet du NaNo vous le rappelle tous les jours). Bon, je vous l’avoue, ce n’est pas la seule raison de mon échec.



En effet, j’ai voulu travailler sur la saison 2 d’Amour, copines et cocktails et donc je m’étais fixé l’objectif d’écrire un peu plus de 3 épisodes (à 15'000 mots l’épisode, c’était jouable). Mais je pense que j’ai fait une erreur, car une série littéraire ne se construit pas comme un roman, en tout cas dans mon cas puisque j’essaie toujours de structurer les épisodes en fonction d’objectifs précis. Tout en conservant une ligne directrice pour la série tout entière avec, là aussi, un but précis pour chaque héroïne. On pourrait me dire, avec raison d’ailleurs, qu’un roman se construit de la même  manière avec des objectifs internes à chaque chapitre, c’est vrai, mais je me laisse en général plus de liberté créatrice dans un roman avec des scènes parfois plus longues et moins dynamiques. En fait, je laisse plus de temps à l’action. 

Mais là, je n’avais pas la vue sur l’ensemble de mon histoire (soit les 6 épisodes qui composent la série en entier) et j’ai eu un gros blocage lors de mon épisode 3. J’avais l’impression d’écrire du gros n’importe quoi juste pour atteindre mon quota journalier de mots. Je galérais, je m’énervais, j’ajoutais un mot par-ci, un autre par-là, et piiire, j’essayais d’être drôle sans y parvenir (si ça vous est déjà arrivé, vous savez à quel point ça donne des choses pathétiques qu’on a envie d’effacer tout de suite pour éviter de pleurer ou de rire de manière hystérique avant de tenter de se noyer dans le fond de café qui reste dans votre tasse).

Bref, j’ai tout de même atteint les 41'105 mots, ce qui n’est pas trop mal par rapport à ce que j’écris d’habitude. Je suis contente de la progression même si je n’ai toujours pas réglé mon gros blocage (hey toi, la muse, vient par ici que je te mette en cage pendant un moment). 

Tant pis, je vais laisser reposer le texte pour y revenir dans quelques semaines. En attendant, je me plonge dans les corrections d’un autre projet qui me tient vraiment à cœur, mais sur lequel j’ai encore beaucoup de travail (et ceci grâce à deux bêtas lectrices du tonnerre).

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Bilan 2018 : merci et vive 2019 !

Avant de vous faire mon petit bilan de l’année écoulée, je profite de ce billet pour vous souhaiter une merveilleuse année 2019 ! Et vous dire que, grâce à vous, ces douze mois écoulés de 2018 ont été magnifiques. Vous m’avez fait vivre des moments juste inoubliables ! En y pensant, j’ai encore des étoiles dans les yeux alors merci mille fois à vous de me suivre et de me lire.





Après 2017, je ne pensais pas revivre une année aussi riche et belle au niveau des publications et bien, je me trompais, 2018 a été encore plus rempli (ça rime avec youpi) !


Les trois premiers mois de l’année, j’ai travaillé comme une folle sur les corrections éditoriales de « Bons baisers de Californie », de « Bye bye Paris » et de « You & I ». Les trois sorties se sont suivies de près et j’ai donc mis les bouchées double pour rendre les textes à temps (comme je commençais également un nouveau job, j’avais la tête dans le guidon) !  Au niveau des publications, il y a donc eu « Bons baisers de Californie » en m…

Deuxième chance, pourquoi pas!

COUPLE • Faut-il laisser une seconde chance aux mecs qui se sont joués de vous?
Quatre étudiantes répondent à cette grande question. Les avis sont partagés. Ont-ils droit à une deuxième chance, ces hommes qui vous ont fait souffrir? Oui, non, les avis divergent. Héraclite, philosophe de l’Antiquité, disait déjà au VIe siècle avant J.-C.: «On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve.» Pourtant, les filles interrogées ne sont pas toutes du même avis. «Je suis une grande adepte de la seconde chance», avoue Cyrielle, étudiante en communication. A 17 ans, la jeune fille flirte allègrement avec un étudiant de sa classe avant d’apprendre que son amoureux est casé depuis plusieurs années. «Pendant deux ans, il a essayé de revenir périodiquement», relate Cyrielle. Lorsque j’ai eu 19 ans, je lui ai donné une seconde chance et je suis allée boire un verre avec lui.» Malheureusement, le jeune homme continuait son petit jeu et fréquentait d’autres étudiantes. «J’ai beau me dire que je ne…

L’ordi de la discorde!

Mon ordinateur est l’objet de toutes les discordes familiales depuis près de 4 ans maintenant. Acheté sur les conseils de ma mère (oui, je sais, fatale erreur pensez-vous), je l’utilise depuis mon entrée à l’université. Tout d’abord, c’est le clavier qui ne marche pas. Retour à la fabrique pour examen. Trois semaines plus tard, je récupère mon bien. Toute heureuse de pouvoir enfin me mettre à rédiger sur mon nouveau joujou, je constate avec désolation que la batterie est HS. Au bord de la crise de nerf, je vois mon ordinateur chéri, baptisé Gérard,repartir lâchement loin de moi. Une fois les petites tracasseries du début passées (le début d’une histoire d’amour est toujours difficile), je commence à m’attacher à mon petit outil technologique - que je surnomme Gégé désormais- lorsque celui-ci commence à faire un bruit d’enfer. Oui, comme les avions qui décollent de Paris CDG. Je commence à me résigner et à penser à le remplacer… en plein dans ma réflexion (comment pourrais-je le laisse…