Accéder au contenu principal

Bilan NaNo 2014



Coucou les passionnés, j’espère que vous allez bien, que vous vous amusez à décorer votre sapin de Noël et que vous avez dégusté avec bonheur le chocolat contenu dans la 1ère case de votre calendrier de l’avent !

De mon côté, j’ai joué parfaitement le rôle de l’ours polaire pendant le mois de novembre avec une présence diminuée sur les réseaux sociaux. Pourquoi ? Parce que je participais pour la troisième fois au NaNoWriMo soit au mois national d’écriture de roman, une aventure un peu folle, mais qui a le bénéfice de me forcer à écrire et donc qui me permet d’augmenter ma productivité pendant 30 jours.

Malheureusement, je n’ai pas atteint les 50k, soit les 50'000 mots exigés par le challenge à cause d’une grosse crève qui m’a empêchée de dormir et donc d’écrire. Certes, j’aurais pu m’accrocher quand même, mais je pense que j’aurais vu débarquer E.T, des aliens, des vampires, des poneys acrobates et des sombrals dans mon roman et ce n’était pas le but. Donc, j’ai fait une pause de quelques jours. Mais quand on prend du retard, on est démotivée (et cette fichue barre sur le site internet du NaNo vous le rappelle tous les jours). Bon, je vous l’avoue, ce n’est pas la seule raison de mon échec.



En effet, j’ai voulu travailler sur la saison 2 d’Amour, copines et cocktails et donc je m’étais fixé l’objectif d’écrire un peu plus de 3 épisodes (à 15'000 mots l’épisode, c’était jouable). Mais je pense que j’ai fait une erreur, car une série littéraire ne se construit pas comme un roman, en tout cas dans mon cas puisque j’essaie toujours de structurer les épisodes en fonction d’objectifs précis. Tout en conservant une ligne directrice pour la série tout entière avec, là aussi, un but précis pour chaque héroïne. On pourrait me dire, avec raison d’ailleurs, qu’un roman se construit de la même  manière avec des objectifs internes à chaque chapitre, c’est vrai, mais je me laisse en général plus de liberté créatrice dans un roman avec des scènes parfois plus longues et moins dynamiques. En fait, je laisse plus de temps à l’action. 

Mais là, je n’avais pas la vue sur l’ensemble de mon histoire (soit les 6 épisodes qui composent la série en entier) et j’ai eu un gros blocage lors de mon épisode 3. J’avais l’impression d’écrire du gros n’importe quoi juste pour atteindre mon quota journalier de mots. Je galérais, je m’énervais, j’ajoutais un mot par-ci, un autre par-là, et piiire, j’essayais d’être drôle sans y parvenir (si ça vous est déjà arrivé, vous savez à quel point ça donne des choses pathétiques qu’on a envie d’effacer tout de suite pour éviter de pleurer ou de rire de manière hystérique avant de tenter de se noyer dans le fond de café qui reste dans votre tasse).

Bref, j’ai tout de même atteint les 41'105 mots, ce qui n’est pas trop mal par rapport à ce que j’écris d’habitude. Je suis contente de la progression même si je n’ai toujours pas réglé mon gros blocage (hey toi, la muse, vient par ici que je te mette en cage pendant un moment). 

Tant pis, je vais laisser reposer le texte pour y revenir dans quelques semaines. En attendant, je me plonge dans les corrections d’un autre projet qui me tient vraiment à cœur, mais sur lequel j’ai encore beaucoup de travail (et ceci grâce à deux bêtas lectrices du tonnerre).

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Voici venu le temps du bilan 2017 !

Non, je ne suis pas morte contrairement à ce que pourrait laisser croire la date de mon dernier billet ! Je suis vraiment navrée d’avoir tant tardé à revenir sur le blog pour donner des nouvelles (comment ça vous n’attendiez pas mon retour avec impatience en dévorant des tonnes de cookies?). Et pourtant, il s’en est passé des belles choses en 2017...


Comme vous pourrez le constater, je n’ai pas arrêté d’écrire et j’ai travaillé dur pour poursuivre ce si beau - et difficile - chemin de l’édition. Par où commencer ? L’année 2017 est de loin la plus belle et la plus chargée que j’ai connue au niveau de l’édition. Récapitulons les beaux événements que j’ai eu la chance de vivre (peut-être que de les voir notés noir sur blanc m’aidera à réaliser la chance incroyable que j’ai eu) :
1) J’ai signé avec Milady/Bragelonne pour mon 4ème roman Mon cœur au bout d’un fil en 2016 pour une parution en mai 2017. Impossible de décrire la joie intense que j’ai ressenti. En effet, ce texte compte énormément…

"Le boom du livre érotique", Interview avec Christy Saubesty

Au début du mois d'octobre, j'ai contacté l'auteur Chrisyt Saubesty pour lui poser quelques questions autour du livre érotique pour mon article de presse (article que je posterai bientôt sur le blog). Voici l'intégralité de l'interview. Bonne lecture!

Cali : Qu’est-ce qui vous plaît dans l'écriture d'un récit érotique ?
Christy : Pour moi, écrire de l'érotisme, par scènes ou par chapitres entiers, dans le registre contemporain ou fantastique est un moyen de sortir des sentiers battus, des limites imposées par la société et de s'évader au-delà des tabous, de laisser de côté cette pudeur existentielle dans laquelle nous avons tous grandi. En tant que lectrice, j'ai ce même besoin d'évasion, cette même attente.
Cali : Comment expliquez-vous l’engouement actuel pour ce genre ? Qu'est-ce qui plaît ? Pourquoi tous les éditeurs lancent-ils des collections érotiques en ce moment ?
Christy : La littérature érotique ne date pas d'hier. Si le …

Série "Amour, copines et cocktails"

Vous voulez en savoir plus sur la série "Amour, copines et cocktails"? Aujourd'hui, je vous poste une petite interview réalisée par mon super éditeur Numeriklivres!


Comment vous est venue l’idée de créer cette série ?

Cet été, je zonais sur internet à la recherche de l’idée qui ferait enfin de moi une millionnaire (non contente d’être une blonde un peu fofolle, je suis également rêveuse) quand je suis tombée sur un concours de nouvelles. Pour tout vous avouer, il s’agissait d’un concours organisé par l’éditrice qui a publié mes premières nouvelles, ce qui m’interdisait de participer. Sur le moment, j’ai râlé bien fort, je suis hyperdouée pour pester en face de mon écran d’ordi et puis je me suis dit « tant pis, je vais écrire quand même ». Ouuuh, j’ai fait ma rebelle. Donc, le fameux thème que je trouvais particulièrement attirant était le suivant : Vacances, du rêve au cauchemar.
J’ai tout de suite imaginé l’histoire d’Emma, une jeune femme un peu gaffeuse qui part à H…