Accéder au contenu principal

Petites histoires de ruptures!





RELATION : mettre un terme à une histoire d’amour n’est jamais une partie de plaisir. Mais avec du recul, les histoires de rupture peuvent être plutôt rigolotes et insolites. Petites confidences entre amies. 


Vous en avez marre que Jules vous délaisse pour ses matchs de foot ou vous ne supportez plus ses incessantes parties de Playstation? Et bien, la solution est simple. Il faut rompre. Oui, mais pas n’importe comment ni n’importe quel jour. Pour réussir sa rupture, il y un minimum de règles à respecter. Comme prendre le temps d’une discussion face à face ou se retenir de brûler les tee-shirts ou autres caleçons que loulou aurait oublié dans votre placard (et la tentation est forte). Évidemment, ça, c’est du domaine de la théorie. Mais dans la pratique, la réalité est bien souvent différente. Entre celles qui rompent dans les règles de l’art et celles qui choisissent le jour qu’il ne faut pas, les récits de largage sont rarement simples. Trois tactiques et petites histoires de rupture entre copines afin de donner des idées aux filles désespérées.

La première est une tactique que chaque fille devrait tester afin d’être sûre que loulou chéri n’a pas d’intentions malhonnêtes. Il suffit de prendre un natel dont Jules ne connait pas le numéro et de lui écrire un message ambigu. Tatiana a testé cette méthode malgré elle. « J’étais malade pendant une semaine et je devais voir mon amoureux le soir même. On ne s’était presque pas vu pendant ces sept jours ». Depuis le matin, elle lui envoie donc des messages mignons en attendant impatiemment sa venue. Mais, à un moment donné, le crédit de son portable affiche zéro. Elle prend celui de son frère et continue à lui écrire sans signer. Le problème, c’est qu’il ne la reconnait pas ! « On a continué à s’échanger des sms et j’ai réalisé qu’il me draguait sans savoir que c’était moi, explique la jeune fille. Elle finit par lui donner un rendez-vous le soir même. Il accepte et appelle aussitôt Tatiana sur son fixe en annulant leur soirée prétextant du travail en retard.  Pas besoin de faire un dessin de ce qu’il se passe ensuite ni de décrire la mine cramoisi et verdâtre que Jules a dû tirer en voyant sa belle arriver. Fin de l’histoire, au bout de 3 mois de relation. 

Seconde leçon. Pour qu’un homme se souvienne de vous, il suffit de rompre un jour dont il se souviendra. Son anniversaire, Noël, Pâques, l’anniversaire de belle-maman ou pire : le jour de la Saint-Valentin ! Comme Juliette 23 ans qui a rompu ce jour fatidique. « Ça faisait un moment que ça n’allait plus entre nous, raconte l’étudiante. Il était à Paris donc je l’ai quitté par téléphone ».  Double coup dur pour loulou. « Le pire, c’est que je n’ai pas réalisé que c’était la Saint-Valentin ! J’en ai pris conscience deux mois plus tard ! Mais nous n’en avons jamais reparlé, je ne sais même pas s’il m’en veut d’avoir rompu ce jour-là, rigole-t-elle ». 

Troisième manière de rompre : « le silence radio ». Traduction : on ne se dit rien. Dans ce cas, il faut que les deux parties soient consentantes. Séverine a mis un terme à une relation de deux mois de cette façon. « On est parti chacun de notre côté pendant les vacances d’été. Au début, on s’appelait souvent, puis au bout de deux semaines, il ne me répondait plus ». Du coup, elle cesse aussi de le contacter et trouve un autre copain. Radical, mais efficace !
Trois manières de rompre assez triviales qui montrent bien que même les filles ne font parfois pas dans la dentelle (elles préfèrent la porter).  


Article paru dans le journal La Liberté de Fribourg sous mon vrai nom!

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Voici venu le temps du bilan 2017 !

Non, je ne suis pas morte contrairement à ce que pourrait laisser croire la date de mon dernier billet ! Je suis vraiment navrée d’avoir tant tardé à revenir sur le blog pour donner des nouvelles (comment ça vous n’attendiez pas mon retour avec impatience en dévorant des tonnes de cookies?). Et pourtant, il s’en est passé des belles choses en 2017...


Comme vous pourrez le constater, je n’ai pas arrêté d’écrire et j’ai travaillé dur pour poursuivre ce si beau - et difficile - chemin de l’édition. Par où commencer ? L’année 2017 est de loin la plus belle et la plus chargée que j’ai connue au niveau de l’édition. Récapitulons les beaux événements que j’ai eu la chance de vivre (peut-être que de les voir notés noir sur blanc m’aidera à réaliser la chance incroyable que j’ai eu) :
1) J’ai signé avec Milady/Bragelonne pour mon 4ème roman Mon cœur au bout d’un fil en 2016 pour une parution en mai 2017. Impossible de décrire la joie intense que j’ai ressenti. En effet, ce texte compte énormément…

"Le boom du livre érotique", Interview avec Christy Saubesty

Au début du mois d'octobre, j'ai contacté l'auteur Chrisyt Saubesty pour lui poser quelques questions autour du livre érotique pour mon article de presse (article que je posterai bientôt sur le blog). Voici l'intégralité de l'interview. Bonne lecture!

Cali : Qu’est-ce qui vous plaît dans l'écriture d'un récit érotique ?
Christy : Pour moi, écrire de l'érotisme, par scènes ou par chapitres entiers, dans le registre contemporain ou fantastique est un moyen de sortir des sentiers battus, des limites imposées par la société et de s'évader au-delà des tabous, de laisser de côté cette pudeur existentielle dans laquelle nous avons tous grandi. En tant que lectrice, j'ai ce même besoin d'évasion, cette même attente.
Cali : Comment expliquez-vous l’engouement actuel pour ce genre ? Qu'est-ce qui plaît ? Pourquoi tous les éditeurs lancent-ils des collections érotiques en ce moment ?
Christy : La littérature érotique ne date pas d'hier. Si le …

Série "Amour, copines et cocktails"

Vous voulez en savoir plus sur la série "Amour, copines et cocktails"? Aujourd'hui, je vous poste une petite interview réalisée par mon super éditeur Numeriklivres!


Comment vous est venue l’idée de créer cette série ?

Cet été, je zonais sur internet à la recherche de l’idée qui ferait enfin de moi une millionnaire (non contente d’être une blonde un peu fofolle, je suis également rêveuse) quand je suis tombée sur un concours de nouvelles. Pour tout vous avouer, il s’agissait d’un concours organisé par l’éditrice qui a publié mes premières nouvelles, ce qui m’interdisait de participer. Sur le moment, j’ai râlé bien fort, je suis hyperdouée pour pester en face de mon écran d’ordi et puis je me suis dit « tant pis, je vais écrire quand même ». Ouuuh, j’ai fait ma rebelle. Donc, le fameux thème que je trouvais particulièrement attirant était le suivant : Vacances, du rêve au cauchemar.
J’ai tout de suite imaginé l’histoire d’Emma, une jeune femme un peu gaffeuse qui part à H…