Accéder au contenu principal

Le parcours du combattant de la fille célibataire



Passé vingt-cinq ans, nous les filles, on passe parfois des moments difficiles. Oui, nos grandes copines depuis quinze ans sont toutes… casées ! Horreur et damnation. Cet énoncé semble à première vue, inoffensif mais il cache des moments extrêmement humiliants.
A chaque fois qu’on ose proposer une sortie, la grande copine dit invariablement : « attends, je dois regarder avec Jules si ça lui va/ s’il est d’accord/si ça ne l’embête pas. Suite à cette réponse, on a qu’une seule envie, demander si elle va toujours aux toilettes toute seule ou si elle demande à Jules l’autorisation. Mais si la dite copine vient quand même, elle passera la soirée à écrire à son chéri pour le rassurer, pour lui dire qu’elle ne boit pas trop, qu’il n’y a pas d’homme à moins de huit mètres et que la boite de nuit fermera avant deux heures du matin (ou plutôt qu’elle rentrera tôt en invoquant la fatigue, le manque de sommeil, son chat qui n’a pas mangé ou son Jules qui ne peut pas dormir si elle n’est pas à ses côtés dans leur grand lit d’amour).

La pression sociale du célibat

Et oui, quand on est en solo, la société et nos proches nous le font bien remarquer ! Un vrai complot, je vous dis ! Le pire ? La Saint-Valentin évidemment. Un jour où on louerait presque un escort pour faire bonne figure au restaurant au lieu de se goinfrer de chocolat aux noisettes devant la rediffusion de Pretty Woman.
A côté de cela, il y notre maman adorée qui, lors de chaque fête de Noël, se risque à pousser  la fameuse rengaine « tu viens accompagnée ma fille » ? Ce à quoi on songe à répondre que nous viendrons avec Bubul, notre poisson rouge et que si cela ne lui convient pas, c’est pareil ! Au moins, le Jules ne mangera pas tout le repas de fête et il restera du foie gras pour le lendemain (histoire de faire passer la gueule de bois qu'on aura forcément). En plus, elle nous a offert une Smart Box «  Séjour Pittoresque » pour inviter qui ont veut, sous-entendu un mec et de préférence le futur beau-fils évidemment.

Et puis, il y a aussi les copines qui tentent de nous caser avec le meilleur pote de leur mec, célibataire depuis cinq ans. Là, on est en droit de craindre le pire : un mec macho, fan de Dorothée ou carrément accro aux figurines Star Wars.
Bref, la vie de célibataire, c’est pas tous les jours la fête. Mais, on s’en fiche puisque Noël arrive à grands pas et qu’entre le foie gras, les biscuits et la bûche, on aura d’autres chats à fouetter ! 

Commentaires

  1. Concernant le "tu viens accompagnée ma fille ?", tu oublies aussi les petits commentaires du genre "Mais quand est-ce que je vais être grand mère alors ?" , "Il va falloir penser à trouver quelqu'un, tu ne seras pas jeune éternellement..." et tout autres commentaires aussi délicieux les uns que les autres ;) .
    PS : à choisir je préfères largement l'accro aux figurines Star Wars que le fan de Dorothé... ;)

    RépondreSupprimer
  2. Oh oui, tu as bien raison! J'ai omis ces commentaires assassins! La poisse! Heureusement, il reste quelques mois avant Noël afin d'élaborer un plan d'attaque pour contrer la Mama et son désir de "casage", mouarf!
    PS: tant que l'homme ne se prend pas pour Dark Vador, ça passe ;)

    RépondreSupprimer
  3. T'es trop marrante Cali...mais si tu pouvais éviter de dévoiler ma vie aux yeux de tous...haha lol! Bah quoi c'est vrai Pretty Woman c'est un bon film..difficile de résister! Mv

    RépondreSupprimer
  4. Hey je sais qui se cache derrière l'anonyme! Ça me fait trop plaisir de te croiser ici madame la star de la musique! Et puis, je n'y peux, rien, ta vie et la mienne sont des sources inépuisables d'inspiration!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Voici venu le temps du bilan 2017 !

Non, je ne suis pas morte contrairement à ce que pourrait laisser croire la date de mon dernier billet ! Je suis vraiment navrée d’avoir tant tardé à revenir sur le blog pour donner des nouvelles (comment ça vous n’attendiez pas mon retour avec impatience en dévorant des tonnes de cookies?). Et pourtant, il s’en est passé des belles choses en 2017...


Comme vous pourrez le constater, je n’ai pas arrêté d’écrire et j’ai travaillé dur pour poursuivre ce si beau - et difficile - chemin de l’édition. Par où commencer ? L’année 2017 est de loin la plus belle et la plus chargée que j’ai connue au niveau de l’édition. Récapitulons les beaux événements que j’ai eu la chance de vivre (peut-être que de les voir notés noir sur blanc m’aidera à réaliser la chance incroyable que j’ai eu) :
1) J’ai signé avec Milady/Bragelonne pour mon 4ème roman Mon cœur au bout d’un fil en 2016 pour une parution en mai 2017. Impossible de décrire la joie intense que j’ai ressenti. En effet, ce texte compte énormément…

"Le boom du livre érotique", Interview avec Christy Saubesty

Au début du mois d'octobre, j'ai contacté l'auteur Chrisyt Saubesty pour lui poser quelques questions autour du livre érotique pour mon article de presse (article que je posterai bientôt sur le blog). Voici l'intégralité de l'interview. Bonne lecture!

Cali : Qu’est-ce qui vous plaît dans l'écriture d'un récit érotique ?
Christy : Pour moi, écrire de l'érotisme, par scènes ou par chapitres entiers, dans le registre contemporain ou fantastique est un moyen de sortir des sentiers battus, des limites imposées par la société et de s'évader au-delà des tabous, de laisser de côté cette pudeur existentielle dans laquelle nous avons tous grandi. En tant que lectrice, j'ai ce même besoin d'évasion, cette même attente.
Cali : Comment expliquez-vous l’engouement actuel pour ce genre ? Qu'est-ce qui plaît ? Pourquoi tous les éditeurs lancent-ils des collections érotiques en ce moment ?
Christy : La littérature érotique ne date pas d'hier. Si le …

Série "Amour, copines et cocktails"

Vous voulez en savoir plus sur la série "Amour, copines et cocktails"? Aujourd'hui, je vous poste une petite interview réalisée par mon super éditeur Numeriklivres!


Comment vous est venue l’idée de créer cette série ?

Cet été, je zonais sur internet à la recherche de l’idée qui ferait enfin de moi une millionnaire (non contente d’être une blonde un peu fofolle, je suis également rêveuse) quand je suis tombée sur un concours de nouvelles. Pour tout vous avouer, il s’agissait d’un concours organisé par l’éditrice qui a publié mes premières nouvelles, ce qui m’interdisait de participer. Sur le moment, j’ai râlé bien fort, je suis hyperdouée pour pester en face de mon écran d’ordi et puis je me suis dit « tant pis, je vais écrire quand même ». Ouuuh, j’ai fait ma rebelle. Donc, le fameux thème que je trouvais particulièrement attirant était le suivant : Vacances, du rêve au cauchemar.
J’ai tout de suite imaginé l’histoire d’Emma, une jeune femme un peu gaffeuse qui part à H…