Accéder au contenu principal

Deuxième chance, pourquoi pas!




COUPLE • Faut-il laisser une seconde chance aux mecs qui se sont joués de vous?

Quatre étudiantes répondent à cette grande question. Les avis sont partagés. Ont-ils droit à une deuxième chance, ces hommes qui vous ont fait souffrir? Oui, non, les avis divergent. Héraclite, philosophe de l’Antiquité, disait déjà au VIe siècle avant J.-C.: «On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve.» Pourtant, les filles interrogées ne sont pas toutes du même avis. «Je suis une grande adepte de la seconde chance», avoue Cyrielle, étudiante en communication. A 17 ans, la jeune fille flirte allègrement avec un étudiant de sa classe avant d’apprendre que son amoureux est casé depuis plusieurs années. «Pendant deux ans, il a essayé de revenir périodiquement», relate Cyrielle. Lorsque j’ai eu 19 ans, je lui ai donné une seconde chance et je suis allée boire un verre avec lui.» Malheureusement, le jeune homme continuait son petit jeu et fréquentait d’autres étudiantes. «J’ai beau me dire que je ne devrais pas donner de seconde chance, je ne peux pas m’empêcher de le faire. Je suis toujours déçue, mais je crois profondément que le genre humain possède un bon fond.»

Comme dit Céline Dion…

Pour Cirine et Aurélie, les deux autres étudiantes interrogées, la réponse est radicale: non, non et non, on ne change pas (la célèbre chanson de Céline Dion illustre bien cet article!). «J’ai donné une seconde chance à mon dernier ex, raconte Cirine. Je l’avais quitté à cause de son comportement et il a tout fait par la suite pour me récupérer. Il m’a dit qu’il changerait et je l’ai cru.» L’étudiante d’une vingtaine d’années lui a fait confiance avant de réaliser qu’elle avait fait une erreur: «S’il y a bien une chose que j’ai retenue, c’est qu’on ne change personne.»
Du côté d’Aurélie, c’est le même refrain (et la même chanson de Céline Dion): «Je ne donne jamais de seconde chance et encore moins lorsqu’il s’agit d’une infidélité. Même s’il essaiede se faire pardonner, à quoi bon? Il n’y aura plus de confiance. Et puis, si une relation n’a pas fonctionné avant, je ne pense pas qu’elle puisse fonctionner un jour.»

«Il me fait mal»

Pour Julie par contre, une étudiante en master de communication, la situation est plus nuancée. En couple depuis deux ans avec le même garçon, sa relation est une «deuxième chance» perpétuelle. «J’ai dû lui donner
une bonne centaine de secondes chances, tout en me jurant à chaque fois que ce serait la dernière, confie Julie… Il me fait mal et me met souvent hors de moi tellement son comportement est inadmissible, mais quand il m’explique pourquoi, me parle de ses blessures et se confie enfin, je reste.» La jeune fille teste
ses propres limites et apprend à se connaître à travers les hauts et les bas de son histoire sentimentale: «C’est mon premier amour et malgré les cris, les pleurs et les heures de discussion, nous vivons notre histoire de couple mouvementée du mieux que nous pouvons.» I

Cet article est paru dans la Liberté le vendredi 1er juillet 2011. Je l'ai rédigé sous mon vrai nom et il a été illustré par Isabelle Clément, une dessinatrice que j'adore!

Commentaires

  1. superbe article... qui me rappelle bien des souvenir
    des secondes chances, j'en ai donné plus d'une à mon premier amour. nous nous aimions passionnément, même s'il me faisait souffrir. puis un jour, je l'ai quitté, définitivement. c'était vraiment fini. mon amour était mort.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends tout à fait Tonie, il m'est arrivé la même chose avec mon premier amour. On veut y croire malgré les déceptions puis un jour, on a assez de courage pour dire stop... et le point positif, c'est qu'on peut trouver un nouveau Jules adorable après ;)!

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Bilan 2018 : merci et vive 2019 !

Avant de vous faire mon petit bilan de l’année écoulée, je profite de ce billet pour vous souhaiter une merveilleuse année 2019 ! Et vous dire que, grâce à vous, ces douze mois écoulés de 2018 ont été magnifiques. Vous m’avez fait vivre des moments juste inoubliables ! En y pensant, j’ai encore des étoiles dans les yeux alors merci mille fois à vous de me suivre et de me lire.





Après 2017, je ne pensais pas revivre une année aussi riche et belle au niveau des publications et bien, je me trompais, 2018 a été encore plus rempli (ça rime avec youpi) !


Les trois premiers mois de l’année, j’ai travaillé comme une folle sur les corrections éditoriales de « Bons baisers de Californie », de « Bye bye Paris » et de « You & I ». Les trois sorties se sont suivies de près et j’ai donc mis les bouchées double pour rendre les textes à temps (comme je commençais également un nouveau job, j’avais la tête dans le guidon) !  Au niveau des publications, il y a donc eu « Bons baisers de Californie » en m…

L’ordi de la discorde!

Mon ordinateur est l’objet de toutes les discordes familiales depuis près de 4 ans maintenant. Acheté sur les conseils de ma mère (oui, je sais, fatale erreur pensez-vous), je l’utilise depuis mon entrée à l’université. Tout d’abord, c’est le clavier qui ne marche pas. Retour à la fabrique pour examen. Trois semaines plus tard, je récupère mon bien. Toute heureuse de pouvoir enfin me mettre à rédiger sur mon nouveau joujou, je constate avec désolation que la batterie est HS. Au bord de la crise de nerf, je vois mon ordinateur chéri, baptisé Gérard,repartir lâchement loin de moi. Une fois les petites tracasseries du début passées (le début d’une histoire d’amour est toujours difficile), je commence à m’attacher à mon petit outil technologique - que je surnomme Gégé désormais- lorsque celui-ci commence à faire un bruit d’enfer. Oui, comme les avions qui décollent de Paris CDG. Je commence à me résigner et à penser à le remplacer… en plein dans ma réflexion (comment pourrais-je le laisse…