Accéder au contenu principal

Les «tutos» beauté à la mode

 Dessin Isabelle CLéMENT



TENDANCE: Les «YouTubeuses» beauté connaissent un succès grandissant et sont suivies par des centaines de milliers de followers. Petit tour d’horizon de cet engouement.

Apprendre à réaliser un trait d’eye-liner à la perfection ou encore un chignon «bun» comme une reine est désormais possible grâce à des jeunes femmes passionnées et à leurs tutoriels beauté. Dans ces vidéos d’apprentissage qui durent souvent de 4 à 20 minutes, on nous montre la marche à suivre. Ces contenus «girly» ne cessent de se développer et d’attirer de plus en plus de jeunes femmes. Mais comment expliquer un tel succès?

Beaucoup de partage
Elles se cachent derrière les pseudonymes Sandrea26, ElsaMakeup ou encore Natamelie et sont suivies par des milliers de jeunes femmes. La jeune Sandrea, 24 ans et coiffeuse de formation, est suivie par plus de 260'000 abonnés sur YouTube et 99'000 personnes sur Facebook. Passionnée par la mode et le maquillage, elle crée sa chaîne en 2009. Le succès est au rendez-vous et ses tutoriels atteignent rapidement des millions de vues. «Je poste une vidéo trois fois par semaine, lundi, mercredi et vendredi, et ça depuis deux ans», confie la passionnée.

Anna Stark, 32 ans, auteure de chick lit (littéralement, de la «littérature» pour nanas) et blogueuse, s’est lancée à la suite de compliments qu’elle recevait sur son maquillage: «Plusieurs jeunes femmes m’ont demandé comment je faisais. Plutôt que de répéter la même chose, je me suis dit qu’ouvrir un blog beauté serait l’astuce idéale et sympa pour allier plaisir d’écrire et beauté». Elle aussi poste trois billets par semaine pour fidéliser ses lecteurs.

Mais qu’est-ce qui séduit autant les followers? Ellen Caladhiel, passionnée de maquillage, suit de près plusieurs YouTubeuses et applique leurs conseils dans sa routine beauté. «J’aime découvrir de nouvelles techniques et des produits que je ne connais pas. Le fait de voir une vidéo permet d’analyser le geste et le reproduire.» Selon la jeune femme de 32 ans, le succès réside dans la gratuité des vidéos, la facilité d’emploi et la proximité. Ces YouTubeuses interagissent en effet tous les jours avec leurs followers: «Je suis très proche d’eux, confirme Sandrea. Je partage beaucoup et ils me le rendent inconditionnellement!»

Conseils pour se lancer 
Avant de lancer une chaîne, dites-vous bien qu’être YouTubeuse représente un travail énorme. Cela nécessite de la régularité et une véritable passion pour la mode et la beauté. Les vidéos «Get Ready With Me» de Sandrea lui prennent entre trois et quatre heures de tournage et cinq à six heures de montage. «Il faut se lancer pour les bonnes raisons», explique-t-elle. En effet, beaucoup de très jeunes filles sont tentées par les produits gratuits, la notoriété et l’appât du gain. Pour Sandrea, la seule bonne raison est la passion.

Sur son site web, la jolie blonde prodigue des conseils avisés parmi lesquels celui de se documenter au maximum sur le sujet des vidéos ou encore de tourner avec une caméra haute définition. Les YouTubeuses qui réussissent proposent en effet des contenus très professionnels. «Il faut soigner la qualité de ses photos ou vidéos afin que les followers aient plaisir à nous suivre et puissent reconnaître la qualité du travail et de l’avis présenté», confirme Anna.

Et à tous ceux qui trouveraient les tutos beauté superficiels, Sandrea répond: «Tout ce qui nous passionne et nous rend heureux est, au contraire, essentiel!»

>Sandrea:Sandrea26france surYouTube
>Elsamakeup: ElsamakeupsurYouTube
>AnnaStark:annastarkleblog.blogspot.com

*****

Cet article a été publié dans le journal La Liberté sous mon vrai nom le 11.04.2014, le dessin est réalisé par Isabelle Clément.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Voici venu le temps du bilan 2017 !

Non, je ne suis pas morte contrairement à ce que pourrait laisser croire la date de mon dernier billet ! Je suis vraiment navrée d’avoir tant tardé à revenir sur le blog pour donner des nouvelles (comment ça vous n’attendiez pas mon retour avec impatience en dévorant des tonnes de cookies?). Et pourtant, il s’en est passé des belles choses en 2017...


Comme vous pourrez le constater, je n’ai pas arrêté d’écrire et j’ai travaillé dur pour poursuivre ce si beau - et difficile - chemin de l’édition. Par où commencer ? L’année 2017 est de loin la plus belle et la plus chargée que j’ai connue au niveau de l’édition. Récapitulons les beaux événements que j’ai eu la chance de vivre (peut-être que de les voir notés noir sur blanc m’aidera à réaliser la chance incroyable que j’ai eu) :
1) J’ai signé avec Milady/Bragelonne pour mon 4ème roman Mon cœur au bout d’un fil en 2016 pour une parution en mai 2017. Impossible de décrire la joie intense que j’ai ressenti. En effet, ce texte compte énormément…

"Le boom du livre érotique", Interview avec Christy Saubesty

Au début du mois d'octobre, j'ai contacté l'auteur Chrisyt Saubesty pour lui poser quelques questions autour du livre érotique pour mon article de presse (article que je posterai bientôt sur le blog). Voici l'intégralité de l'interview. Bonne lecture!

Cali : Qu’est-ce qui vous plaît dans l'écriture d'un récit érotique ?
Christy : Pour moi, écrire de l'érotisme, par scènes ou par chapitres entiers, dans le registre contemporain ou fantastique est un moyen de sortir des sentiers battus, des limites imposées par la société et de s'évader au-delà des tabous, de laisser de côté cette pudeur existentielle dans laquelle nous avons tous grandi. En tant que lectrice, j'ai ce même besoin d'évasion, cette même attente.
Cali : Comment expliquez-vous l’engouement actuel pour ce genre ? Qu'est-ce qui plaît ? Pourquoi tous les éditeurs lancent-ils des collections érotiques en ce moment ?
Christy : La littérature érotique ne date pas d'hier. Si le …

Le parcours du combattant de la fille célibataire

Passé vingt-cinq ans, nous les filles, on passe parfois des moments difficiles. Oui, nos grandes copines depuis quinze ans sont toutes… casées ! Horreur et damnation. Cet énoncé semble à première vue, inoffensif mais il cache des moments extrêmement humiliants. A chaque fois qu’on ose proposer une sortie, la grande copine dit invariablement : « attends, je dois regarder avec Jules si ça lui va/ s’il est d’accord/si ça ne l’embête pas. Suite à cette réponse, on a qu’une seule envie, demander si elle va toujours aux toilettes toute seule ou si elle demande à Jules l’autorisation. Mais si la dite copine vient quand même, elle passera la soirée à écrire à son chéri pour le rassurer, pour lui dire qu’elle ne boit pas trop, qu’il n’y a pas d’homme à moins de huit mètres et que la boite de nuit fermera avant deux heures du matin (ou plutôt qu’elle rentrera tôt en invoquant la fatigue, le manque de sommeil, son chat qui n’a pas mangé ou son Jules qui ne peut pas dormir si elle n’est pas à se…