Accéder au contenu principal

Sortie de l'épisode 4!



Bonjour tout le monde, comment allez-vous par ces jours ensoleillés? 

La bonne nouvelle du jour, c'est que l'épisode 4 est disponible sur le site de  Numeriklivres (Amazon, iTunes etc...), youpi! Je poursuis l'écriture de l'épisode 5 "Pina Colada à Barcelone" et je dois vous avouer que je m'éclate!

Je tiens aussi à vous dire un grand merci car vous êtes de plus en plus nombreux à me lire et c'est tout simplement un immense bonheur pour moi de pouvoir partager des histoires avec vous! Merci de me faire vivre tout ça!

Quatrième de couverture:

Je savais que ça finirait par arriver ! Tout le monde est au courant de ce que j’ai fait à Emma. Et tout le monde me déteste. La seule solution qui s’offre à moi ? La fuite. Encore. Réfléchis Tania, réfléchis. À part reprendre mon ancien job à Los Angeles en attendant de changer de pays (un pays fort, fort lointain peuplé de pingouins rieurs, de gnous taquins ou de macaques hurleurs), d’identité ou même de sexe (je serai sexy en homme aussi, ne vous inquiétez pas pour moi), je ne vois pas d’échappatoire possible. Mais quand il faut que je m’occupe d’un PDG mystérieux et d’un cinglé qui m’envoie sur les traces de mon passé, je regrette amèrement mon job au magazine My Life. D’autant que le gala auquel je dois me rendre au bras de Parker, le PDG au sourire ravageur, risque de virer à la catastrophe...

Extrait de Cosmopolitan à Los Angeles

Je sursaute et tourne la tête en direction de la porte, les doigts encore sur le clavier de mon ordinateur. Le cri de Tania résonne toujours dans le couloir quelques secondes plus tard. Soit je suis folle, soit j’entends d’étranges chuchotements par-dessus l’écho. Oh ! Mon Dieu, et si ma cage d’escalier était hantée ? Je me lève et me dirige vers Damien, resté immobile depuis qu’il a ouvert la porte. Tania a les yeux écarquillés. On dirait que c’est elle qui a vu un fantôme. J’hésite à lui faire « bouh » pour la faire sursauter puis me ravise. Elle tient deux cafés Mocha du Starbucks dans une main et un paquet de muffins dans l’autre. Je passe la tête par-dessus l’épaule du beau métis (devrais-je frimer et faire un clin d’œil à Tania, genre macho au féminin ?). J’opte pour quelque chose de plus sobre et lui dis simplement :
— Coucou, toi ! Tu veux entrer deux minutes ?
Elle ne bouge toujours pas. Mais qu’est-ce qu’elle a ?
— Euh, oui, mais… euh, je n’aimerais pas te déranger.
Son regard passe de Damien à moi comme si elle regardait un match de tennis. Je réalise tout à coup mon impolitesse.
— Oh, je suis tellement mal élevée ! Tania, je te présente Damien. C’est lui qui a joué le rôle de Ramirez. Je vais bientôt découvrir qui est derrière tout ça ! Tu es venue pour prendre de mes nouvelles ? C’est trop gentil !
Je suis horrible, mais tout ce que je pense à ce moment-là, c’est que Tania pourra dire à Mickaël que j’étais bien accompagnée. Et que, vu nos têtes béates, les cheveux en bataille de Damien et nos petits sourires en coin, il est facile de deviner qu’on ne faisait pas le grand ménage de printemps dans mon appartement.
— Je suis passée pour prendre des nouvelles de cette fâcheuse affaire. J’ai dit à Raphaël que je vous aiderais à démasquer le coupable. Tu as des soupçons ?
Je regarde Damien. Il se mord la lèvre. Tania entre et pose les cafés et les muffins sur le comptoir de ma cuisine.
— Damien allait m’en parler justement. Il sait qui a manigancé mon renvoi.
— Comme c’est intéressant, susurre-t-elle en tournant la tête vers le beau métis.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Voici venu le temps du bilan 2017 !

Non, je ne suis pas morte contrairement à ce que pourrait laisser croire la date de mon dernier billet ! Je suis vraiment navrée d’avoir tant tardé à revenir sur le blog pour donner des nouvelles (comment ça vous n’attendiez pas mon retour avec impatience en dévorant des tonnes de cookies?). Et pourtant, il s’en est passé des belles choses en 2017...


Comme vous pourrez le constater, je n’ai pas arrêté d’écrire et j’ai travaillé dur pour poursuivre ce si beau - et difficile - chemin de l’édition. Par où commencer ? L’année 2017 est de loin la plus belle et la plus chargée que j’ai connue au niveau de l’édition. Récapitulons les beaux événements que j’ai eu la chance de vivre (peut-être que de les voir notés noir sur blanc m’aidera à réaliser la chance incroyable que j’ai eu) :
1) J’ai signé avec Milady/Bragelonne pour mon 4ème roman Mon cœur au bout d’un fil en 2016 pour une parution en mai 2017. Impossible de décrire la joie intense que j’ai ressenti. En effet, ce texte compte énormément…

"Le boom du livre érotique", Interview avec Christy Saubesty

Au début du mois d'octobre, j'ai contacté l'auteur Chrisyt Saubesty pour lui poser quelques questions autour du livre érotique pour mon article de presse (article que je posterai bientôt sur le blog). Voici l'intégralité de l'interview. Bonne lecture!

Cali : Qu’est-ce qui vous plaît dans l'écriture d'un récit érotique ?
Christy : Pour moi, écrire de l'érotisme, par scènes ou par chapitres entiers, dans le registre contemporain ou fantastique est un moyen de sortir des sentiers battus, des limites imposées par la société et de s'évader au-delà des tabous, de laisser de côté cette pudeur existentielle dans laquelle nous avons tous grandi. En tant que lectrice, j'ai ce même besoin d'évasion, cette même attente.
Cali : Comment expliquez-vous l’engouement actuel pour ce genre ? Qu'est-ce qui plaît ? Pourquoi tous les éditeurs lancent-ils des collections érotiques en ce moment ?
Christy : La littérature érotique ne date pas d'hier. Si le …

Le parcours du combattant de la fille célibataire

Passé vingt-cinq ans, nous les filles, on passe parfois des moments difficiles. Oui, nos grandes copines depuis quinze ans sont toutes… casées ! Horreur et damnation. Cet énoncé semble à première vue, inoffensif mais il cache des moments extrêmement humiliants. A chaque fois qu’on ose proposer une sortie, la grande copine dit invariablement : « attends, je dois regarder avec Jules si ça lui va/ s’il est d’accord/si ça ne l’embête pas. Suite à cette réponse, on a qu’une seule envie, demander si elle va toujours aux toilettes toute seule ou si elle demande à Jules l’autorisation. Mais si la dite copine vient quand même, elle passera la soirée à écrire à son chéri pour le rassurer, pour lui dire qu’elle ne boit pas trop, qu’il n’y a pas d’homme à moins de huit mètres et que la boite de nuit fermera avant deux heures du matin (ou plutôt qu’elle rentrera tôt en invoquant la fatigue, le manque de sommeil, son chat qui n’a pas mangé ou son Jules qui ne peut pas dormir si elle n’est pas à se…