Accéder au contenu principal

Les baskets compensées!



Pas la peine de se voiler la face, les escarpins sont loin d’être l’idéal pour prendre son pied. Pire, ce sont des outils de torture modernes que nous, les filles, nous imposons pour coller à l’image de la féminité (et accessoirement à l’image de Gisèle Bündchen… on peut toujours rêver, nan?).

Pourtant, nous rêvons juste de gambader en ville et d’assurer le marathon shopping-sortie sans souffrir le martyre. Seul bémol, les Sneakers, ce n’est pas le top du glamour. Pour mixer confort et féminité, une créatrice de mode a inventé les baskets compensées. Si si!

Apparemment, quelques marques avaient tenté le coup des baskets à talons dans les années 90 et n’avaient récolté que des sifflets de dédain. C’est Isabel Marant, célèbre créatrice de mode française, qui a crié «eurêka» la première en trouvant la formule magique confort +basket +féminité. Chapeau bas, nos petits petons meurtris cesseront de crier au meurtre. Le but de la créatrice? Féminiser les Sneakers considérées comme étant trop masculines. Pari réussi puisque toute la planète mode et toutes les «it-girls» de Jessica Alba à Miranda Kerr en portent aujourd’hui.

Maintenant, les filles, on peut feinter! La basket compensée est à la jambe ce que le soutien-gorge Wonderbra est à la poitrine! Le mollet est galbé et nos gambettes allongées, c’est magique, on paraît plus grandes. Et, question choix, ce n’est pas ce qui manque. Lacets, couleurs, cuirs, il y en a pour tous les goûts et tous les prix puisque après le succès fulgurant de la basket compensée sur les podiums fashion, la fameuse chaussure a été copiée et déclinée par toutes les marques de luxe puis par des sous-marques. C’est notre porte-monnaie qui nous dit merci! Et même si cette tendance divise, on peut s’estimer heureuses qu’on nous épargne un hybride de crocs et de talons.

C’est Jules qui va être content de voir qu’on ajoute encore une paire de chaussures à notre dressing déjà prêt à exploser. Pas sûr que l’argument «mais chéri, ce sont des baskets à talons, c’est presque des chaussures de sport» fonctionne! Je teste l’excuse ce soir et vous tiens au courant. 

Cet article est paru dans La Liberté le 14.06.13 sous mon vrai nom!

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Bilan 2018 : merci et vive 2019 !

Avant de vous faire mon petit bilan de l’année écoulée, je profite de ce billet pour vous souhaiter une merveilleuse année 2019 ! Et vous dire que, grâce à vous, ces douze mois écoulés de 2018 ont été magnifiques. Vous m’avez fait vivre des moments juste inoubliables ! En y pensant, j’ai encore des étoiles dans les yeux alors merci mille fois à vous de me suivre et de me lire.





Après 2017, je ne pensais pas revivre une année aussi riche et belle au niveau des publications et bien, je me trompais, 2018 a été encore plus rempli (ça rime avec youpi) !


Les trois premiers mois de l’année, j’ai travaillé comme une folle sur les corrections éditoriales de « Bons baisers de Californie », de « Bye bye Paris » et de « You & I ». Les trois sorties se sont suivies de près et j’ai donc mis les bouchées double pour rendre les textes à temps (comme je commençais également un nouveau job, j’avais la tête dans le guidon) !  Au niveau des publications, il y a donc eu « Bons baisers de Californie » en m…

Deuxième chance, pourquoi pas!

COUPLE • Faut-il laisser une seconde chance aux mecs qui se sont joués de vous?
Quatre étudiantes répondent à cette grande question. Les avis sont partagés. Ont-ils droit à une deuxième chance, ces hommes qui vous ont fait souffrir? Oui, non, les avis divergent. Héraclite, philosophe de l’Antiquité, disait déjà au VIe siècle avant J.-C.: «On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve.» Pourtant, les filles interrogées ne sont pas toutes du même avis. «Je suis une grande adepte de la seconde chance», avoue Cyrielle, étudiante en communication. A 17 ans, la jeune fille flirte allègrement avec un étudiant de sa classe avant d’apprendre que son amoureux est casé depuis plusieurs années. «Pendant deux ans, il a essayé de revenir périodiquement», relate Cyrielle. Lorsque j’ai eu 19 ans, je lui ai donné une seconde chance et je suis allée boire un verre avec lui.» Malheureusement, le jeune homme continuait son petit jeu et fréquentait d’autres étudiantes. «J’ai beau me dire que je ne…

L’ordi de la discorde!

Mon ordinateur est l’objet de toutes les discordes familiales depuis près de 4 ans maintenant. Acheté sur les conseils de ma mère (oui, je sais, fatale erreur pensez-vous), je l’utilise depuis mon entrée à l’université. Tout d’abord, c’est le clavier qui ne marche pas. Retour à la fabrique pour examen. Trois semaines plus tard, je récupère mon bien. Toute heureuse de pouvoir enfin me mettre à rédiger sur mon nouveau joujou, je constate avec désolation que la batterie est HS. Au bord de la crise de nerf, je vois mon ordinateur chéri, baptisé Gérard,repartir lâchement loin de moi. Une fois les petites tracasseries du début passées (le début d’une histoire d’amour est toujours difficile), je commence à m’attacher à mon petit outil technologique - que je surnomme Gégé désormais- lorsque celui-ci commence à faire un bruit d’enfer. Oui, comme les avions qui décollent de Paris CDG. Je commence à me résigner et à penser à le remplacer… en plein dans ma réflexion (comment pourrais-je le laisse…