Accéder au contenu principal

Les baskets compensées!



Pas la peine de se voiler la face, les escarpins sont loin d’être l’idéal pour prendre son pied. Pire, ce sont des outils de torture modernes que nous, les filles, nous imposons pour coller à l’image de la féminité (et accessoirement à l’image de Gisèle Bündchen… on peut toujours rêver, nan?).

Pourtant, nous rêvons juste de gambader en ville et d’assurer le marathon shopping-sortie sans souffrir le martyre. Seul bémol, les Sneakers, ce n’est pas le top du glamour. Pour mixer confort et féminité, une créatrice de mode a inventé les baskets compensées. Si si!

Apparemment, quelques marques avaient tenté le coup des baskets à talons dans les années 90 et n’avaient récolté que des sifflets de dédain. C’est Isabel Marant, célèbre créatrice de mode française, qui a crié «eurêka» la première en trouvant la formule magique confort +basket +féminité. Chapeau bas, nos petits petons meurtris cesseront de crier au meurtre. Le but de la créatrice? Féminiser les Sneakers considérées comme étant trop masculines. Pari réussi puisque toute la planète mode et toutes les «it-girls» de Jessica Alba à Miranda Kerr en portent aujourd’hui.

Maintenant, les filles, on peut feinter! La basket compensée est à la jambe ce que le soutien-gorge Wonderbra est à la poitrine! Le mollet est galbé et nos gambettes allongées, c’est magique, on paraît plus grandes. Et, question choix, ce n’est pas ce qui manque. Lacets, couleurs, cuirs, il y en a pour tous les goûts et tous les prix puisque après le succès fulgurant de la basket compensée sur les podiums fashion, la fameuse chaussure a été copiée et déclinée par toutes les marques de luxe puis par des sous-marques. C’est notre porte-monnaie qui nous dit merci! Et même si cette tendance divise, on peut s’estimer heureuses qu’on nous épargne un hybride de crocs et de talons.

C’est Jules qui va être content de voir qu’on ajoute encore une paire de chaussures à notre dressing déjà prêt à exploser. Pas sûr que l’argument «mais chéri, ce sont des baskets à talons, c’est presque des chaussures de sport» fonctionne! Je teste l’excuse ce soir et vous tiens au courant. 

Cet article est paru dans La Liberté le 14.06.13 sous mon vrai nom!

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Voici venu le temps du bilan 2017 !

Non, je ne suis pas morte contrairement à ce que pourrait laisser croire la date de mon dernier billet ! Je suis vraiment navrée d’avoir tant tardé à revenir sur le blog pour donner des nouvelles (comment ça vous n’attendiez pas mon retour avec impatience en dévorant des tonnes de cookies?). Et pourtant, il s’en est passé des belles choses en 2017...


Comme vous pourrez le constater, je n’ai pas arrêté d’écrire et j’ai travaillé dur pour poursuivre ce si beau - et difficile - chemin de l’édition. Par où commencer ? L’année 2017 est de loin la plus belle et la plus chargée que j’ai connue au niveau de l’édition. Récapitulons les beaux événements que j’ai eu la chance de vivre (peut-être que de les voir notés noir sur blanc m’aidera à réaliser la chance incroyable que j’ai eu) :
1) J’ai signé avec Milady/Bragelonne pour mon 4ème roman Mon cœur au bout d’un fil en 2016 pour une parution en mai 2017. Impossible de décrire la joie intense que j’ai ressenti. En effet, ce texte compte énormément…

"Le boom du livre érotique", Interview avec Christy Saubesty

Au début du mois d'octobre, j'ai contacté l'auteur Chrisyt Saubesty pour lui poser quelques questions autour du livre érotique pour mon article de presse (article que je posterai bientôt sur le blog). Voici l'intégralité de l'interview. Bonne lecture!

Cali : Qu’est-ce qui vous plaît dans l'écriture d'un récit érotique ?
Christy : Pour moi, écrire de l'érotisme, par scènes ou par chapitres entiers, dans le registre contemporain ou fantastique est un moyen de sortir des sentiers battus, des limites imposées par la société et de s'évader au-delà des tabous, de laisser de côté cette pudeur existentielle dans laquelle nous avons tous grandi. En tant que lectrice, j'ai ce même besoin d'évasion, cette même attente.
Cali : Comment expliquez-vous l’engouement actuel pour ce genre ? Qu'est-ce qui plaît ? Pourquoi tous les éditeurs lancent-ils des collections érotiques en ce moment ?
Christy : La littérature érotique ne date pas d'hier. Si le …

Le parcours du combattant de la fille célibataire

Passé vingt-cinq ans, nous les filles, on passe parfois des moments difficiles. Oui, nos grandes copines depuis quinze ans sont toutes… casées ! Horreur et damnation. Cet énoncé semble à première vue, inoffensif mais il cache des moments extrêmement humiliants. A chaque fois qu’on ose proposer une sortie, la grande copine dit invariablement : « attends, je dois regarder avec Jules si ça lui va/ s’il est d’accord/si ça ne l’embête pas. Suite à cette réponse, on a qu’une seule envie, demander si elle va toujours aux toilettes toute seule ou si elle demande à Jules l’autorisation. Mais si la dite copine vient quand même, elle passera la soirée à écrire à son chéri pour le rassurer, pour lui dire qu’elle ne boit pas trop, qu’il n’y a pas d’homme à moins de huit mètres et que la boite de nuit fermera avant deux heures du matin (ou plutôt qu’elle rentrera tôt en invoquant la fatigue, le manque de sommeil, son chat qui n’a pas mangé ou son Jules qui ne peut pas dormir si elle n’est pas à se…